Etats-Unis: l’agence de protection des consommateurs dans le viseur de Trump

media
Donald Trump devant la Maison Blanche, à Washington le 19 mars 2017. 

Trop de pouvoirs, un patron à l’abri des ingérences politiques, un budget hors de contrôle : l’administration Trump ne voit que des défauts à cette agence créée en 2010 pour protéger les emprunteurs contre les abus des institutions financières.

Selon le ministère de la Justice, cette agence de protection des consommateurs serait même inconstitutionnelle, car son directeur ne peut être renvoyé par le président, comme c’est le cas pour les administrations fédérales.

Attaque de plus

Le ministère a apporté son soutien à un organisme de crédit hypothécaire en conflit avec l’agence. Il s’agit là d’une attaque de plus contre les garde-fous mis en place afin d’éviter que se renouvelle une crise financière du type de celle de 2008.

Mais le président Trump s’est engagé à rendre le plus de liberté possible aux banques et institutions financières. Or, depuis sa création, l’agence de protection des consommateurs a obtenu 12 milliards de dollars de dédommagements en faveur de plus de 27 millions de ménages poussés à la faute par l’octroi de crédits inconsidérés et peu transparents.

Rfi.fr