Brexit: Londres suspecte Paris de manquer de loyauté pour attirer ses banques

La France est accusée de complot pour «détruire la City». Ces accusations sont portées par l’ancien ministre des Affaires étrangères britannique Jeremy Browne, aujourd’hui porte-parole de la puissante place financière du Royaume-Uni. Un mémo qu’il a rédigé à l’attention de son gouvernement a été dévoilé par le Mail on Sunday ce dimanche 16 juillet 2017. Une charge au vitriol contre le gouvernement Macron.

Avec notre correspondante à Londres,  Marie Vivent

media
Le principal quartier d’affaires de Londres, la City. Royaume-Uni, juin 2016.

« La France voit le Royaume-Uni et la City comme des adversaires, pas comme des partenaires », prévient Jeremy Browne dans son rapport. Le porte-parole de la Corporation de la City s’est rendu au début du mois à Paris, pour y rencontrer notamment des responsables de banques, alors que viennent de s’ouvrir les négociations sur le « Brexit ».

Première place financière européenne, la City représente environ 2  millions d’emplois et plus de 10 % du produit intérieur brut britannique. Mais depuis le référendum sur la sortie de l’Union européenne, l’été dernier, plusieurs banques songent à délocaliser tout ou partie de leurs effectifs dans une autre capitale financière de l’UE. Les deux favoris ? Paris et Francfort. Et la première place financière serait particulièrement agressive envers Londres.

Jeremy Browne rapporte que « les représentants français offrent de grosses sommes d’argent aux sociétés installées à Londres, pour se déplacer à Paris ». Il ne donne toutefois pas de précisions sur les banques impliquées ou les montants en question. Mais selon l’ancien ministre, les Français ont un objectif : « Saboter l’économie britannique. » Le gouvernement français « déclare une guerre ouverte » à la City, résume Jeremy Browne.

Rfi.fr