A Cuba, Ségolène Royal insulte les victimes de la dictature castriste

Représentant la France aux obsèques de Fidel Castro, la ministre de l’Ecologie a contesté le fait qu’il y ait des prisonniers politiques à Cuba

François Bayrou, François de Rugy, Florian Philippot… Une salve de critiques politiques a visé ce dimanche Ségolène Royal, qui représentait la France aux funérailles de Fidel Castro à Cuba.

Les propos de Ségolène Royal, défendant le bilan de l’ex-président cubain Fidel Castro et rejetant les accusations de violations des droits de l’Homme ne passent pas, dans la classe politique de gauche comme de droite…

« Beaucoup de désinformation » 

Outre l’hommage à Fidel Castro comme un « monument de l’Histoire », grâce auquel « les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin » et « se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la Terreur », Ségolène Royal a jugé, depuis Cuba, qu’il y avait « beaucoup de désinformation » sur les violations des droits de l’Homme reprochées par l’Onu et l’opposition au régime.

Ségolène Royal représentait la France aux funérailles de Fidel Castro.Ségolène Royal représentait la France aux funérailles de Fidel Castro. | PHOTO : ALEXANDRE MENEGHINI / REUTERS

En France, les critiques pleuvent, ce dimanche, sur la ministre de l’Écologie, qui représente la France à Santiago de Cuba, où doivent être inhumées dans l’après-midi les cendres de Fidel Castro.

François Bayrou 

« Les bras vous en tombent », a réagi le président du Modem et ancien ministre François Bayrou au Grand rendez-vous Europe1/iTélé/Les Échos, jugeant que c’est « tellement énorme » que c’est « pire » qu’une faute politique, d’autant que Ségolène Royal parlait « au nom de la France ».

Et de lancer que « si la longue file des fusillés, des exilés, de ceux qui ont été mis en prison par le régime que Mme Royal exalte se présentait devant elle, elle rougirait ». Il a rappelé qu’en 2007, alors candidate à la présidentielle, elle avait « fait l’éloge de la justice chinoise ».

« S’il y a un sujet sur lequel la France et le gouvernement français ne devraient pas absoudre Fidel Castro, c’est sur les droits de l’Homme », même si « Fidel Castro est une figure historique » et a mené une « révolution contre un régime pas digne d’éloges », a martelé François Bayrou.

Ouest France