Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

À la Une: les conséquences de la guerre Ukraine-Russie pour l’Afrique (rfi.fr)

Il y a tout d’abord la question de l’évacuation des ressortissants africains. The Citizen s’en inquiète par exemple en Afrique du Sud. Il relaie les mots de la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Thandi Modise, expliquant qu’il n’y a pas de projet d’évacuation mis en place car aucune demande officielle n’aurait été formulée pour évacuer d’Ukraine ou de Russie. Or vendredi, le département des Relations internationales et de la Coopération a tout de même « appelé les Sud-Africains bloqués en Ukraine à tenter de partir vers les pays voisins ». Ils seraient quelque 250 sur place, selon les chiffres officiels.

Lire aussi : Après avoir remplacer Édouard Mendy aux tirs au but, le coach de Chelsea répond aux critiques et se justifie

Certains Africains malmenés

Et quand ils tentent de le faire, certains d’entre eux rencontrent visiblement des difficultés. « Des étudiants sud-africains et d’autres Africains ont été maltraités à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne », c’est un haut fonctionnaire sud-africain qui l’explique sur Twitter relate The Citizen. « L’ambassadeur sud-africain en Pologne est venu de Varsovie pour s’occuper de l’affaire », peut-on lire et « l’Ambassadeur en Hongrie s’occupe également des Sud-Africains de son côté ».

Mêmes échos au Nigeria d’ailleurs. « Les Nigérians en Ukraine doivent être traités avec dignité », c’est à lire en Une du site du journal Vanguard. Il rapporte ici les mots de la présidence nigériane qui réagissait après la diffusion de vidéos massivement partagées sur les réseaux sociaux. On y voit que « la police et le personnel de sécurité ukrainiens ont refusé d’autoriser les Nigérians à monter à bord des bus et des trains en direction de la frontière ukraino-polonaise ».

Lire aussi : Il engage des meurtriers pour tuer son cousin, qui venait de percevoir 250 000 Fcfa dans une tontine

Vanguard explique que la présidence « a exprimé sa consternation » pour une vidéo en particulier, dans laquelle on voit « une mère nigériane avec son jeune bébé forcée de céder sa place à une autre personne ». Par ailleurs, « un groupe d’étudiants nigérians s’est vu refuser à plusieurs reprises l’entrée en Pologne. Ils n’ont eu d’autre choix que de voyager à nouveau à travers l’Ukraine et de tenter de quitter le pays par la frontière avec la Hongrie ». Dans ce contexte, la présidence nigériane rappelle que « la sécurité et les droits de l’homme des quelque quatre mille citoyens nigérians et de nombreux autres ressortissants de pays africains bloqués en Ukraine sont primordiaux ».

Une guerre suscitant peu de réactions sur le continent

Lire aussi : Il engage des meurtriers pour tuer son cousin, qui venait de percevoir 250 000 Fcfa dans une tontine

« Face à cette tragédie, peu de réactions africaines », observe Le Pays au Burkina Faso. Il nous parle de « silence du continent noir » car, en dehors de l’Union africaine et de l’Afrique du Sud, « presque tous les autres pays ont brillé par leur absence », une attitude « dictée par la peur ». Le Pays distingue trois groupes sur le continent. LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI