A Lille, Marine Le Pen prédit la défaite des «mondialistes»

media
Marine Le Pen a fustigé son principal concurrent à la présidentielle, Emmanuel Macron, à Lille, le 26 mars 2017.

« L’heure de la grande confrontation démocratique des mondialistes et des patriotes est arrivée », annonce Marine Le Pen. En dépeignant Emmanuel Macron comme le principal candidat du système, la présidente du Front national a tenté d’installer le duel avec celui qu’elle rêve d’affronter au second tour.

C’est donc au candidat d’En Marche! qu’elle a décoché ses flèches les plus acérées, le « filandreux » Emmanuel Macron, comme elle l’a qualifié. « C’est en quelque sorte le Jean-Claude Van Damme de la politique. En général, on ne comprend rien à ce qu’il dit ni à ce qu’il veut, mais lorsqu’on comprend ce qu’il dit, c’est assez inquiétant. Il considère qu’il n’y a pas de culture française, que la France serait coupable de crimes contre l’humanité. Quelle ignorance ! », a reproché Marine Le Pen.

Une attaque en règle contre l’ancien ministre de l’Economie ainsi que contre ses soutiens, chaque jour plus nombreux. « Autour d’Emmanuel Macron s’agglutinent les éclopés du hollandisme et les vieilles gloires d’un système qui s’effondre sur lui-même, de Madelin à Cohn-Bendit, de Hue à Douste-Blazy », a-t-elle moqué, devant 5 000 personnes chauffées à blanc.

La présidente du FN s’est même risquée en conclusion à un petit pronostic : « L’heure de la défaite des mondialistes est venue ». Un pronostic qui s’apparente à un vœu pieux. Aucun sondage n’a encore donné Marine Le Pen vainqueur du second tour le 7 mai prochain.

Rfi.fr