A Port-au-Prince, un millier d’Haïtiens manifestent contre les injures de Trump

La polémique causée par les propos insultants que Donald Trump aurait prononcé contre les nations africaines, le Salvador et Haïti ne s’atténue pas. A Port-au-Prince ce lundi, ils ont été plus d’un millier à manifester pour déclarer Trump persona non grata en Haïti, une colère que l’opposition porte aussi sur ce qu’elle considère comme une mauvaise gestion des dirigeants haïtiens.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

media
Manifestation d’Haïtiens à Port-au-Prince, le 22 janvier 2018.

Les affiches caricaturant Trump ne laissent aucun doute : à l’image du syndicaliste Josué Mérilien, les manifestants détestent l’idée qu’Haïti puisse être qualifiée de « pays de merde »: « Donald Trump est un président de merde, qui a un discours de merde, et il a contribué à construire cette situation de merde qui est le résultat des mauvaises actions des colons impérialistes contre le pays. »

Dans le cortège, Souverain Larose partage cette colère mais lui la dirige plutôt contre les politiciens haïtiens : « Tous les Noirs à travers le monde sont estomaqués et vexés. Je veux dire au peuple haïtien qu’on doit prendre notre destin en main. Jovenel Moïse ne devrait pas nous diriger, Certains n’auraient pas dû être élus au Parlement. On doit prendre notre destin pour renverser Jovenel et ses acolytes pour libérer le pays. »

« Grande histoire »

Fernando Duclerc est aussi de ceux qui attaquent directement les dirigeants haïtiens : « Le peuple haïtien a une grande histoire. On peut dire que Jovenel Moïse est un « shithole », que la bourgeoisie est un « shithole ». Le peuple haïtien en soit n’est pas un « shithole », c’est un grand peuple. »

Les manifestants voulaient porter ces messages nationalistes devant l’ambassade américaine mais la police en avait décidé autrement et le cortège a été bloqué plus de 300 mètre avant le bâtiment diplomatique.