Afghanistan: la bombe américaine fait des dizaines de morts chez les jihadistes

Une bombe américaine de destruction massive par souffle non-nucléaire a été larguée jeudi soir dans l’est de l’Afghanistan par les Etats-Unis. Elle visait les sites occupés par le groupe Etat islamique dans la région. Cette opération a été un succès, selon Donald Trump. Le président américain qui s’est dit « très fier ». Les autorités afghanes assurent que tout a été fait pour éviter les victimes civiles et qu’au moins 36 jihadistes seraient décédés lors de cette opération.

media
Un soldat des forces spéciales afghanes observe les lignes ennemies dans le district d’Achin, dans la province de Nagarhar, le 14 avril 2017.

Certains habitants de la province du Nangarhar, vivant à plusieurs kilomètres de la zone d’impact, racontent que la puissance de la bombe GBU-43 a été telle que leurs vitres ont été brisées et que la terre a été secouée comme lors « d’un puissant tremblement de terre » pour reprendre l’expression de l’un d’eux cité par les médias locaux.

On ignore le nombre éventuel de victimes civiles (voir la vidéo diffusée par les autorités américaines), bien que le général John Nicholson, qui commande les forces américaines en Afghanistan, a assuré que toutes les précautions avaient été prises pour éviter des dommages collatéraux, rapporte notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali.

Le porte-parole du gouvernement afghan a même assuré que les villages situés dans la zone avaient été évacués, indiquant que le groupe Etat islamique avait subi de lourdes pertes dans ses rangs. Au moins 36 combattants sont morts, selon le ministère de la Défense, qui précise dans un communiqué que « des repaires stratégiques de Daech et un complexe profond de tunnels ont été détruits ». L’organisation terroriste a réfuté ces pertes.

Cette opération était préparée de longue date par les Américains, qui avaient intensifié les bombardements dans ce secteur. Un appui aérien aux forces américaines et afghanes qui combattent plusieurs groupes armés dans cette province frontalière du Pakistan.

Le gouvernement assure avoir été tenu au courant de cette opération d’envergure qui est dénoncée par certains opposants, tel l’ancien président afghan Hamid Karzai dont le leitmotiv, depuis qu’il n’est plus au pouvoir, est de critiquer les interventions militaires des Etats-Unis en Afghanistan.

« Un monstre qui détruit tout autour de l’impact »

La Maison Blanche et le Pentagone ont donné ensuite quelques détails sur le bombardement. Celle qui est surnommée « la mère de toutes les bombes » a été choisie car, disent-ils, il n’y avait aucun risque d’atteindre des civils dans la zone.

Et cet énorme engin était le meilleur moyen d’anéantir une position terroriste, sans mettre en danger l’armée afghane ou les conseillers venus des Etats-Unis, ajoute le communiqué du ministère de la Défense. « Cette bombe est un monstre qui détruit tout autour de l’impact » expliquent les spécialistes militaires.

C’est dans cette zone, dans l’est de l’Afghanistan, qu’un soldat américain a été tué la semaine dernière, rappelle notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio. La nouvelle de ce bombardement intervient alors que doit avoir lieu ce vendredi à Moscou une conférence sur l’Afghanistan, en présence des délégations afghanes, indiennes et pakistanaises mais en l’absence des Etats-Unis.

En utilisant cette bombe pour la première fois et en le médiatisant beaucoup comme la plus grosse bombe, l’administration Trump cherche à montrer qu’après la frappe en Syrie, l’escalade militaire ne lui fait pas peur.
Le général Dominique Trinquand ancien chef de la mission militaire française aux Nations unies 14/04/2017 – par Toufik Benaichouche Écouter

Un message pour la Corée du Nord ?

Au lendemain de l’opération, la question de savoir si ce bombardement vaut avertissement pour la Corée du Nord est dans tous les esprits. « Je ne sais pas si cela envoie un message – ça ne fait aucune différence si c’est le cas ou pas, a répondu le président des Etats-Unis, interrogé sur ce point. La Corée du Nord est un problème et ce problème sera réglé. » Et si ce bombardement n’était pas un avertissement, cette réponse est clairement en revanche une mise en garde à Kim Jong-un.

Dans un entretien au Wall Street Journal, le président Trump dit toutefois avoir compris, en discutant avec son homologue chinois Xi Jinping, que le dossier nord-coréen est plus complexe qu’il n’y parait. Pour l’instant, un navire américain croise au large de la péninsule coréenne, alors que Pyongyang menace, et pourrait préparer un 6e essai nucléaire.

Mais « le problème nord-coréen sera réglé » affirme donc Donald Trump, qui tire une grande satisfaction des dernières opérations militaires, en Syrie et en Afghanistan. Certains parlementaires américains demandent à présent au président de venir expliquer sa stratégie au Congrès.

Rfi.fr