Afrique-Etats-Unis: en Californie, un forum économique annulé faute de visas

Ce devait être un grand forum de trois jours à Los Angeles entre des entrepreneurs africains et des hommes d’affaires américains. Mais le African Global Economic and development Summit organisé par l’université de Californie du Sud n’a pas pu se tenir faute de participants. Les soixante invités africains se sont tous vu refuser leur visa d’entrée aux Etats-Unis. Sans aucune explication du Département d’Etat. La politique anti immigration du président Trump serait-elle en cause ? C’est la question que se posent les organisateurs du Global Economic Summit.

Sur le campus de l’université de Californie du Sud.

Ils sont entrepreneurs ou acteurs des réseaux d’affaires. Ils viennent de douze pays africains, comme le Ghana, la Guinée, l’Afrique du Sud ou l’Angola, aucun pays sur la liste noir de l’administration Trump, et pourtant, ils se sont tous vu refuser leur visa d’entrée. Soixante personnes en moins et un forum américano-africain qui perd son sens. Mary Flowers est la directrice du sommet : « Habituellement, chaque année nous avons environ 40% des visas qui sont refusés pour ceux qui veulent assister à notre forum économique. Mais cette année, c’est 100% de refus de visas que nous avons eu. »

Et aucune explication. La plupart des participants avaient pourtant tous les documents nécessaires, relevés bancaires, titre de propriété… Ils ont passé un entretien individuel. Et au bout du compte un papier vert signifiant le refus.

Pas de commentaires sur les refus de visas

Certains avaient déjà réglé les frais de visa. Est-ce l’effet Trump ? Y a-t-il des consignes ? Le Département d’Etat ne commente pas les refus de visa. Pour Mary Flowers cette affaire nuit non seulement à l’Afrique mais aussi à l’Amérique : « Vous savez, on considère que l’Afrique est la dernière grande terre de conquète avec son 1,1 milliard de consommateurs. C’est un marché énorme pour l’Amérique, et donc cette histoire va vraiment détruire des liens que nous avons crée et faire louper aux américains d’énormes opportunités d’affaires. »

Le sommet de Los Angeles se tient depuis 2013. Cette année était consacrée aux énergies propres en Afrique pour lutter contre le changement climatique.

Rfi.fr