Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa lance un appel à l’unité de l’ANC

En Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa a refermé la 54e conférence de l’ANC, lors d’un discours résolument rassembleur. Le nouveau président du parti au pouvoir a martelé qu’il voulait réunifier le mouvement et amener toutes les factions à travailler ensemble. Il a aussi donné des gages d’allégeance au parti, tout en saluant longuement l’héritage de Jacob Zuma, le président sortant.

Le nouveau président de l’ANC, Cyril Ramaphosa, lors de son discours de clôture de la 54e conférence nationale du parti au pouvoir, à Johannesburg, le 20 décembre 2017.

Cyril Ramaphosa est monté à la tribune, un large sourire aux lèvres. Le nouveau président de l’ANC (African National Congress) se veut rassurant et surtout rassembleur. « Vous avez choisi de ne pas prendre en compte les listes de candidats lors du vote. Vous avez insisté pour que les dirigeants de ce mouvement ne soient pas issus d’une faction plutôt qu’une autre », a-t-il souligné.

Cyril Ramaphosa a pris le contrepied du discours de Jacob Zuma samedi soir. En saluant les vétérans, la Cosatu et le parti communiste, que le chef de l’Etat avait violemment critiqués à la tribune. « A l’issue de cette conférence, nous savons que l’ANC ne peut pas être forte et efficace sans une alliance forte, qui suscite l’unité et la cohésion », a-t-il insisté.

On lui avait reproché un programme économique trop éloigné de la ligne du parti. Mercredi soir, Cyril Ramaphosa a pris acte de la principale orientation adoptée lors de cette conférence. « Lors de cette conférence, nous avons décidé que l’expropriation des terres sans compensation doit faire partie des leviers disponibles pour que le gouvernement mène à bien sa politique de redistribution des terres », a-t-il indiqué.

Dans sa quête d’unité, le nouveau Cyril Ramaphosa n’a pas non plus oublié Jacob Zuma, qu’il a remercié à plusieurs reprises « pour son action au sein du Congrès national africain ».

Rfi.fr