Afrique du Sud: une pluie d’accusations s’abat sur Jacob Zuma

En Afrique du Sud, depuis une semaine, les révélations pleuvent suite à la publication d’une série d’emails (toujours non authentifiés) échangés entre la famille d’industriels indiens Gupta et leurs employés et associés. Le Sunday Times sud-africain révèle ce dimanche 4 juin les détails d’une enquête conduite par ses journalistes à Dubaï l’année dernière. Ceux-ci avaient pu obtenir de nombreuses informations sur une très luxueuse résidence censée appartenir à Jacob Zuma, mais sans parvenir à prouver cette dernière information à l’époque. Les emails qui ont fuité ces derniers jours confirment cette hypothèse, selon le journal qui donne une flopée de détails sur ce palace que la famille Gupta aurait offert au président.

Le président sud-africain Jacob Zuma dément posséder un palace aux Emirats arabes unis

La villa L35 est située sur la rue Lailak dans le quartier d’Emirates Hills, le « code postal le plus cher » de Dubaï. Ce palace compte 10 chambres, 13 salles de bains, 9 salles de réception, une gigantesque piscine et assez d’espace pour accueillir 11 berlines.

Cette propriété hors norme aurait été achetée par la famille Gupta pour la modique somme de 23 millions d’euros en 2015. La même année, le fils de Jacob Zuma, Duduzane, un associé des Gupta, aurait acquis lui aussi un appartement de prestige à 1,3 million d’euros dans la célèbre tour Burj Khalifa, le plus grand bâtiment du monde.

Dans les emails révélés la semaine dernière, figure le brouillon de plusieurs lettres portant la signature du président Jacob Zuma dans l’une d’elles, celui-ci évoque le projet de faire de Dubaï « sa seconde maison ».

L’acquisition de la propriété L35 par la famille Gupta soulève donc de très nombreuses questions et des soupçons de blanchiment d’argent.

Toutes ces informations ont été démenties dimanche à l’aube par la présidence sud-africaine, très réactive qui dénonce une totale « fabrication ». L’opposition défie Jacob Zuma de porter l’affaire en Justice s’il veut prouver sa bonne foi.

Rfi.fr