Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Afrique : Le top 5 des Premières Dames accusées d’infidélité

Au vu de tous les honneurs qui leur reviennent, les épouses des chefs d’Etats font envie. Nombreuses sont donc les femmes qui rêvent de devenir comme elles. Et pourtant, malgré tous ces privilèges qu’elles ont et la relative suffisance qui se lit sur leurs visages, les femmes de présidents traînent derrière elles des bruits de casserole liés à des histoires d’infidélité.

Des histoires d’infidélité qui ont émaillé la vie de 5 parmi ces femmes de présidents africains.

Lire aussi : Fortune : Voici le top 10 des noirs les plus riches du monde

1) Nothando Dube (Swaziland), la maîtresse du ministre de la Justice

Elle est l’avant-dernière épouse du roi du Swaziland, Mswati III, la douzième plus exactement. Nothando Dube, mère de trois enfants et connue sous le nom d’Inskhosikati LaDube, a été sommée, le 19 novembre 2010 de « quitter immédiatement » la demeure royale après avoir aspergé de gaz poivre les yeux d’une sentinelle. Celle-ci refusait de la laisser sortir pour conduire à l’hôpital son fils de 2 ans, gravement blessé. Malgré l’attitude de bonne mère de famille, Mme Mswati a été renvoyée du palais en 2010, car elle aurait payé pour l’aventure extraconjugale qu’elle aurait eue avec le ministre de la Justice.

2) Nompunelelo Ntuli (Afrique du Sud), son ‘’tapé dos’’ (infidélité) avec son garde du corps

En 2010, le quotidien zoulou Ilanga, avait relayé dans ses colonnes que l’une des nombreuses premières Dames, Nompumelelo Ntuli Zuma (la deuxième femme du président polygame, qui en compte quatre officielles) aurait entretenu une relation extra-maritale avec son garde du corps de Soweto. La révélation fait suite aux nombreuses rumeurs dans la presse sud-africaine à scandale. Soulignant que la relation en son temps, entre Jacob Zuma, 68 ans, et la jeune Nompumelelo Ntuli, qui avait 35 ans, épousée en janvier 2008, était au plus mal.

3) Winnie Madikila Mandela (Afrique du Sud), une idylle avec son garde du corps

Elle rencontre Nelson Mandela, figure de proue de l’ANC et devient sa femme durant les longues années de prison de son mari (août 1962-février 1990). Pendant cette période, Winnie Madela est assignée à résidence dans la ville de Brandfort et n’est autorisée à rencontrer son mari que deux fois par an, tous les six mois, à la prison de Robben Island, près du Cap. Bien que célèbre pour sa lutte anti-apartheid, celle qui se fait surnommer « la mère de la nation » verra sa réputation se ternir. Son garde du corps et ancien amant, Jerry Richardson, l’accuse de lui avoir ordonné de tuer un jeune activiste de 14 ans, membre de l’ANC, Stompie Seipei Moketsi, en janvier 1989. En 1990, c’est au bras de son mari enfin libre qu’elle semble regagner sa légitimité, mais celui-ci prend assez rapidement ses distances avec elle. En avril 1992, Nelson Mandela annonce sa séparation d’avec sa femme et met fin à leurs 38 ans de mariage. Le divorce est prononcé en mars 1996.

Lire aussi : Top 10 des célébrités connues qui ont déjà fait du porno

4) Vera Chiluba (Zambie), la maîtresse d’un homme d’affaire

En décembre 2001, Vera Chiluba alors première Dame de la Zambie, avait poursuivi pour diffamation Mme Tungwa, l’ex-épouse d’un homme d’affaires, Archie Malie de Lusaka. Deux journaux officiels ‘Time of Zambia’ et au ‘Daily Mail’ ont été poursuivis aussi. Ses avocats du cabinet « Josias Soko et associés » ont également adressé une correspondance à Mme Tungwa. Vera lui a reproché d’avoir déclaré dans un communiqué de presse publié par les deux organes qu’elle avait détruit son mariage et qu’elle était aussi la maîtresse de son mari à qui elle a avait offert de nombreux cadeaux. Pis, qu’ils cachaient leur liaison derrière leurs relations d’affaires. Se défendant, Mme Chiluba avait indiqué que les allégations de Mme Tungwa publiées par les deux journaux, étaient infondées.

5) Grace Mugabe (Zimbabwe), avec le financier de Mugabe

Lire aussi : Fortune: Les 4 Ivoiriennes parmi les 50 femmes les plus influentes d’Afrique

Grace Mugabe, 48 ans était la secrétaire et l’épouse du président du Zimbabwe Robert Mugabe. Considérée comme la maîtresse de ce dernier, Grace se marie avec lui, en 1996. Ce, après la mort de sa patronne. En 2010, Mme Mugabe, alors âgée de 41 ans, aurait été prise en flagrant délit d’adultère. Elle aurait depuis cinq ans une liaison amoureuse avec le financier de Mugabé, le chef de la Banque Centrale Gideon Gono. Président Robert Mugabé a été informé de l’infidélité de sa femme par sa sœur Sabina Mugabé décédée en juillet 2010, qui, sur son lit de mort, a informé Mugabé de l’infidélité de sa femme. Suite à quoi Robert Mugabé a demandé à son garde du corps Cain Chademana s’il était au courant. Ce dernier a confirmé. Mais il est mort peu de temps après dans des circonstances non élucidées.

Yolande K.

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,