Allemagne: début du procès d’un ressortissant turc accusé d’espionnage

Le procès d’un Turc accusé d’espionnage en Allemagne a débuté ce jeudi 7 septembre à Hambourg. Ce procès s’ajoute à une longue liste de différends entre l’Allemagne et la Turquie et ne va sans doute pas apaiser les relations entre les deux pays.

Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

media
(Photo d’illustration) Manifestation pro-Erdogan à Cologne en Allemagne en juillet 2016.

L’accusé a commencé à travailler à partir de 2013 pour les services secrets turcs MIT avant d’être envoyé il y a deux ans en Allemagne. Sa mission : enquêter sur la communauté kurde, plus spécialement sur ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, qui lutte pour l’indépendance de cette région.

L’espion turc a reconnu avoir réuni des informations sur un responsable kurde installé à Brême, dans le nord de l’Allemagne, et qu’il avait interviewé par le passé lorsqu’il travaillait comme journaliste en Turquie.

Le responsable kurde est le co-président d’une organisation considérée par les services de renseignement allemand comme le bras politique du PKK, interdit comme organisation terroriste en Allemagne comme dans de nombreux pays. Pourtant, le mouvement compterait d’après les autorités 14 000 sympathisants et a récolté 13 millions d’euros de dons en Allemagne en 2016. 

Ankara accuse régulièrement l’Allemagne de ne pas faire suffisamment contre les activités du PKK. Berlin s’en défend, évoquant les condamnations de responsables de l’organisation kurde.

L’espion, dénoncé par sa compagne, est accusé d’avoir nui aux intérêts de l’Allemagne. Il risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison. Le jugement qui sera prononcé dans un mois risque de détériorer un peu plus les relations germano-turques.

Le deuxième Allemand arrêté en fin de semaine dernière en Turquie a été remis sous condition en liberté.

Rfi.fr