Allemagne: le Qatar pourrait prendre un quart de Deutsche Bank

La Deutsche Bank dans la tourmente. La presse allemande spécule sur plusieurs modèles de renflouement de la première banque allemande, empêtrée dans une série de conflits juridiques, dont le principal aux Etats-Unis pourrait lui coûter jusqu’à 14 milliards de dollars.

media
La presse allemande spécule sur plusieurs modèles de renflouement de la première banque allemande, empêtrée dans une série de conflits juridiques. REUTERS

Plusieurs scénarios sont évoqués par la presse allemande. La famille Al-Thani, au pouvoir au Qatar et actionnaire à hauteur de 10% de Deutsche Bank, serait prête à s’engager à hauteur de 25% selon le magazine Der Spiegel de samedi 8 octobre.

Le quotidien des affaires Handelsblatt spécule lui sur un coup de pouce de la part de grosses entreprises du Dax, le principal indice boursier allemand. Certains de ces groupes seraient prêts à souscrire à une augmentation de capital de Deutsche Bank selon le quotidien.

John Cryan, le nouveau patron de la banque allemande, rencontrait vendredi à Washington de hauts représentants du ministère fédéral de la Justice. Le temps presse pour Deutsche Bank; soucieuse de parvenir à un accord avec l’administration Obama avant les élections de novembre afin de faire baisser de 14 à quelque 5 milliards de dollars la pénalité dont la menace pèse sur le cours du groupe en Bourse.