Allemagne: les sociaux-démocrates devant la CDU de Merkel en Basse-Saxe

Le Parti social-démocrate (SPD) est arrivé en tête d’une élection partielle en Basse-Saxe ce dimanche 15 octobre. Un revers électoral pour Angela Merkel. Cette élection régionale en Basse-Saxe, trois semaines après les législatives du 24 septembre, était très attendue. Après le score médiocre engrangé par la CDU d’Angela Merkel et l’échec historique des sociaux-démocrates, chacun des deux grands partis espérait de ce scrutin régional un signe positif pour reprendre des couleurs et réduire les critiques contre la direction.
 

Avec notre correspondant à BerlinPascal Thibaut 

media
Le patron des sociaux-démocrates de Basse-Saxe Stephan Weil a salué «un succès fulminant» après une «course de remontée», Le SPD arrive en tête de l’élection en Basse-Saxe, avec 37% des suffrages, le 15 octobre 2017.

Enfin une soirée électorale sans avoir à commenter une nouvelle défaite. Pour les sociaux-démocrates, largement distancés dans les sondages il y a encore quelques semaines, la victoire dans leur fief de Basse-Saxe ressemble presque à une résurrection après plusieurs défaites amères cette année. La dernière en date il y a trois semaines lors des législatives. 

Cette victoire va sans doute permettre au président du parti Martin Schulz d’asseoir sa position et d’espérer une plus facile réélection à la tête du SPD lors du congrès de décembre.

Angela Merkel est la grande perdante de ce scrutin. L’échec de la CDU en Basse-Saxe arrive au mauvais moment. Les chrétiens-démocrates ont enregistré leur plus mauvais score depuis la création de la République fédérale le 24 septembre. Déjà certaines voix remettaient en cause la ligne Merkel et réclamaient un coup de barre à droite du parti pour regagner les électeurs séduits par les populistes de droite. Ils vont sans doute se faire un peu plus entendre. 

Les chrétiens-sociaux bavarois ne manqueront pas de mettre en exergue la stratégie de leur voisin autrichien, le jeune conservateur Sebastian Kurz victorieux ce dimanche. Angela Merkel aborde donc affaiblie les premières rencontres mercredi avec les Verts et les libéraux pour tenter de constituer une nouvelle coalition.

 Rfi.fr