Après le scandale d’Oxfam, MSF révèle 24 cas de harcèlement ou d’abus sexuel

Dans le sillage du scandale Oxfam, l’ONG visée par des accusations de viols lors de missions de terrain, c’est tout le secteur humanitaire qui est ébranlé. L’onde de choc continue. Médecins sans frontières a révélé mercredi 14 février avoir été confronté à 24 cas de harcèlement ou d’abus sexuels en 2017.

media
Des membres de l’ONG Médecins sans frontières à l’hôpital de Bangui en avril 2014. (Image d’illustration) 

« Ce n’est pas facile de révéler ces choses, mais nous le devons » a déclaré sur le réseau social Twitter la directrice de la communication de l’ONG. Médecins sans frontières a reçu 146 signalements en 2017, 40 cas ont été identifiés et 24 se sont avérés comme des cas d’abus sexuels ou de harcèlement. La très grande majorité impliquait des employés de MSF entre eux. Seuls deux cas d’abus sur des patients ou des accompagnants ont été recensés l’année dernière.

A chaque fois assure en tout cas l’ONG, des plaintes ont été déposées, pas en France mais devant la justice d’autres pays. La loi prévoit l’ouverture de procédures là où les faits ont eu lieu.

Au final, c’est un très long communiqué que MSF a publié. Un rapport détaillé et argumenté avec une volonté affichée de transparence à l’heure où l’inquiétude se répand dans le monde de l’humanitaire, avec cette préoccupation numéro un : tout faire pour éviter une rupture de confiance avec les donateurs.

C’est en effet quelque chose d’essentiel pour une organisation comme MSF qui revendique cette confiance comme la clé de son indépendance. L’ONG se finance quasi exclusivement avec des dons privés.

Rfi.fr