Armes iraniennes au Yémen: veto russe à l’ONU, revers pour Washington

Dans la guerre par procuration que Washington et Moscou se livrent sur le Yémen, la Russie vient de marquer un point. Depuis des semaines, les Etats-Unis faisaient monter la pression pour que le Conseil de sécurité condamne plus fermement les actions déstabilisatrices de l’Iran au Moyen-Orient. Ils avaient espéré pouvoir le faire ce lundi 26 février lors du renouvellement du régime de sanctions sur le Yémen, en s’appuyant sur un rapport du panel des experts de l’ONU faisant état d’une aide logistique de Téhéran aux rebelles houthis. Onze membres du Conseil de sécurité étaient pour mais Moscou y a mis son veto. 

Avec notre correspondante à New YorkMarie Bourreau

media
Le Conseil de sécurité de l’ONU, réunis le samedi 24 février, à New York.

En janvier, l’ambassadrice américaine avait invité l’ensemble des diplomates à se rendre à Washington. Ils avaient pu analyser les débris d’un missile balistique que les Américains soupçonnaient à l’Iran d’avoir fourni à leurs alliés houthis au Yémen. Mais les Russes ont donc estimé que les preuves n’étaient pas suffisantes pour condamner Téhéran sur le papier. A la place, Moscou a fait voter à l’unanimité un simple renouvellement d’un an del’embargo sur les armes au Yémen en vigueur depuis 2015.

Ce revers diplomatique est un coup dur pour les Etats-Unis, mais aussi pour les Occidentaux, qui avaient accepté de durcir le ton contre Téhéran pour donner des gages à l’administration Trump. Le président américain laisse planer depuis des mois la menace du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire et demande aux Européens de s’engager plus activement sur le dossier iranien.

Dans un communiqué incendiaire, l’ambassadrice américaine à l’ONU a donc annoncé que les Etats-Unis et ses alliés se verraient obligés de prendre des actions contre l’Iran qui ne pourront pas se heurter à un veto russe. En clair : des actions nationales.

Rfi.fr