Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Assirix Armand raconte Thiam Abdul karim, l’homme qui lui a donné la chance de se faire connaître du grand public

En 1985, Thiam Abdoul Karim, présente le lycée Moderne de Bondoukou, aux phases finales du théâtre scolaire. Il a chez lui à la maison, un pupille. Il s’appelle Armand et a une carrure et une belle gueule de guerrier. “Tu feras du théâtre Armand” lui a dit l’homme. Je suis en train d’écrire l’histoire de Samory Touré. Tu vas jouer ce rôle.

Lire aussi : Décès de Abdul Karim Thiam, grand homme de théâtre ivoirien

Le jeune homme en est amusé. Il est jeune, insouciant, mais surtout intelligent et féru de culture. Il rentre dans le rôle.

Le LMB est sacré champion du théâtre national scolaire du pays. Les échéances prennent du volume. Ce lycée engagé en culture, va donc représenter le pays à l’international. Thiam Abdoul Karim, change le personnage à jouer. Armand, nostalgique se rappelle:

” Il m’a pris entre quatre yeux et m’a dit ceci: on passe sur un autre personnage. Ce sera Ramsès deux le nègre. Puis, il a prit un cahier de 200 pages et en un petit temps record, il a écrit la pièce. J’ai été subjugué. J’ai dévoré l’histoire de cet homme fascinant. Le rôle, était taillé pour moi…”

Lire aussi : TB Joshua: « Il aimait les vierges et les jeunes filles » : une ancienne assistante du pasteur l’accuse d’abus sexuel (vidéo-afrikmag.com)

Armand, majestueux, débarque sur scène. Le public est en émoi. Nous sommes en 1986, il rafle le premier prix de meilleur acteur de théâtre scolaire et universitaire, Bondoukou également termine premier pour ce podium international. En 1987, bis repetita.

Thiam Abdoul Karim, ne change pas le personnage. Armand a augmenté le volume de son jeu scénique. Il enlève encore le prix, et avec le lycée, ils triomphent sur ces deux années que le théâtre scolaire international.

O.M