Athènes et Berlin veulent freiner le regroupement familial des réfugiés

Athènes et Berlin se sont mis d’accord pour freiner les transferts de Grèce vers l’Allemagne des réfugiés qui peuvent y prétendre au nom du regroupement familial. Le quotidien grec Journal des rédacteurs a reproduit ce lundi 29 mai, comme preuve, une lettre en ce sens du ministre grec chargé de la Politique migratoire.

media
Des migrants au camp d’Hellinikon à Athènes, où une manifestation a eu lieu le 6 février 2017 pour protester
contre leurs conditions de vie.

« Les transferts de réfugiés vers l’Allemagne, dans le cadre du regroupement familial, seront ralentis comme convenu », écrit Yannis Mouzalas, le ministre grec chargé de la Politique migratoire, dans un courrier adressé au début du mois au ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière.

Pour Yannis Mouzalas, c’est l’Allemagne qui est à l’origine de cet accord qui prévoit une limitation provisoire du nombre des réfugiés transférés chaque mois de la Grèce vers l’Allemagne. Selon le ministre grec, plus de 2 000 personnes seront affectées, et certaines d’entre elles devront attendre des années avant de pouvoir se rendre en Allemagne.

Une députée allemande de la gauche radicale Die Linke, Ulla Jelpke, avait affirmé de son côté dans les médias, que le gouvernement allemand a plafonné en avril à 70 par mois le nombre de « relocalisations » de réfugiés de la Grèce vers l’Allemagne, dans le cadre du regroupement familial.

Les règles européennes en matière d’asile prévoient que les transferts doivent se faire dans un délai de six mois après l’acceptation de la demande de regroupement familial, par le pays d’accueil.

Rfi.fr