Attaque anti-coptes en Egypte: les autorités ripostent contre une base jihadiste

Les autorités égyptiennes ont annoncé tard dans la soirée vendredi 26 mai que l’armée de l’air a effectué une série de raids contre une base jihadiste dans l’est de la Libye. Selon le communiqué, la base est liée à l’attentat qui a fait une trentaine de morts parmi des pèlerins coptes à l’ouest de la province de Minieh en Moyenne Egypte.

Avec notre correspondant au Caire,  Alexandre Buccianti

media
Après les raids, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (ici en mars 2017) s’est adressé à la nation pour
affirmer que l’Egypte frappera les forces terroristes du mal où qu’elles soient.

Selon les médias étatiques égyptiens, l’armée de l’air a effectué six frappes contre un camp situé dans la région de Derna dans l’est Libyen. Un camp jihadiste où les dix membres du commando qui ont effectué l’attentat contre les pèlerins coptes de Minieh auraient été entraînés.

Le monastère où se rendaient les pèlerins est situé dans le désert occidental égyptien et les assaillants sont arrivés à bord de 4×4. C’est la seconde fois que l’armée de l’air frappe des objectifs en Libye. En 2015 elle avait bombardé un camp jihadiste au lendemain de l’assassinat de 21 coptes.

Après les raids, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s’est adressé à la nation pour affirmer que l’Egypte frappera les forces terroristes du mal où qu’elles soient, en Egypte ou hors d’Egypte. Il a par ailleurs appelé la communauté internationale et notamment le président américain Donald Trump à mettre en pratique les déclarations d’intention de lutte généralisée contre le terrorisme.

 

Analyse

Cette nouvelle attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, mais elle intervient alors que la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) mène depuis plusieurs mois une campagne contre la minorité copte. Le président Al-Sissi a instauré l’état d’urgence en avril dernier après une précédente attaque mais il semble que cela ne suffise pas. A travers les coptes, c’est d’ailleurs aussi le président égyptien qui est attaqué, selon Robert Solé, journaliste écrivain, spécialiste de l’Egypte.

A travers les coptes on attaque évidemment le président Sissi, que les coptes ont soutenu massivement au moment de l’élection présidentielle…
Rfi.fr