Attaque de Stockholm: l’homme en garde à vue serait le chauffeur du camion

L’homme soupçonné d’« acte terroriste » et placé en garde à vue dans la nuit de vendredi 7 à samedi 8 avril à Stockholm au lendemain de l’attaque au camion bélier qui a fait 4 morts et 15 blessés dans la capitale suédoise, serait le chauffeur du véhicule selon un porte-parole de la police suédoise. Un autre homme soupçonné d’être en lien avec l’attaque a également été interpellé.

media
Des policiers patrouillent dans le centre-ville de Stockholm, le 7 avril, après l’attaque au camion-bélier.

Le premier suspect a été interpellé ce vendredi 7 avril au soir à Märsta, une petite ville du nord de l’agglomération stockholmoise. Il s’agit d’un Ouzbek de 39 ans, sympathisant de l’organisation Etat islamique, selon le quotidien Aftonbladet. Il est soupçonné « d’homicides à caractère terroriste », a précisé la porte-parole du parquet, Karin Rosander, citée par l’Agence France-Presse. Un porte-parole de la police suédoise a annoncé ce samedi qu’il serait le chauffeur du camion.

Le parquet n’a pas apporté de détails sur son identité mais son signalement correspond à celui d’un individu filmé sur les lieux de l’attaque et pour lequel un avis de recherche avait été émis. Un autre homme a été interpellé plus tard dans la soirée dans une banlieue de la capitale. Des sources policières citées par la télévision publique SVT ont évoqué une « connexion » possible entre les deux hommes.

Ville sous le choc

D’ordinaire animé, le coeur de la capitale suédoise est depuis plongé dans un funeste silence. Restaurants, bars et cinémas du centre-ville ont baissé leur rideau dans l’après-midi et les Stockholmois ont respecté la consigne des autorités de rester chez eux après la tuerie.

L’attaque s’est produite autour de 15h lorsqu’un camion de livraison a foncé sur la foule dans la rue piétonne et commerçante la plus fréquentée de la capitale, Drottninggatan. A cette heure-là, le vendredi, les Stockholmois sortent du bureau pour le week-end. De fait, la rue grouillait de monde au moment où le camion a surgi.

Les témoins ont décrit un carnage, des corps déchiquetés, des rivières de sang, une scène de chaos jusqu’alors inconcevable dans une des capitales européennes réputées parmi les plus sûres. Le dernier bilan de la police faisait état de 4 morts et 15 blessés, dont plusieurs enfants.

Rfi.fr