Attaque d’Orly: l’enquête se penche sur le parcours et le profil de l’assaillant

media
Des militaires et les secours devant le terminal sud de l’aéroport d’Orly, le 18 mars 2017.

L’autopsie devrait servir à déterminer si Zied Ben Belgacem était sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants au moment des faits. « Mon fils n’a jamais fait la prière et il boit », a affirmé son père, interrogé ce dimanche matin sur Europe1. Avant d’ajouter : « Sous l’effet de l’alcool et du cannabis, voilà où on arrive ».

Pour comprendre les raisons de cette attaque, les enquêteurs cherchent à retracer le parcours de l’assaillant. Un braqueur multirécidiviste, connu pour trafic de drogues et qui présentait des signes de radicalisation. Mais qui ne faisait l’objet d’aucune fiche S.

Pour l’heure son frère et son cousin, qui s’étaient présentés d’eux-mêmes à la police samedi, sont toujours en garde à vue. Zied Ben Belgacem avait, semble-t-il, rencontré son cousin dans un bar de Vitry-sur-Seine la nuit précédant les faits.

Enfin la police a retrouvé plusieurs indices sur l’agresseur : 750 euros en liquide, un exemplaire du Coran, un paquet de cigarettes et un briquet. Reste à savoir si tout cela était planifié ou s’il s’agissait d’une fuite en avant, après avoir, un peu plus tôt dans la matinée de samedi, tiré sur un policier lors d’un contrôle routier.

Rfi.fr