Attentat de Manchester: 15 suspects détenus, d’autres pourraient être en fuite

Quinze suspects sont désormais détenus cinq jours après l’attentat qui a coûté la vie à 22 personnes à Manchester, dans le nord de l’Angleterre. La police britannique estime avoir procédé à l’arrestation d’une grande partie du réseau derrière cette attaque terroriste. Treize personnes sont en garde à vue au Royaume-Uni et deux en Libye, le père et l’un des frères du kamikaze. Dimanche 28 mai, un homme de 25 ans et un autre de 19 ans ont encore été interpelés à Manchester, et les opérations policières se poursuivent.

media
La ministre britannique de l’Intérieur Amber Rudd, interrogée par la BBC le 28 mai 2017, estime que d’autres
personnes liées à l’attentat de Manchester pourraient encore être dans la nature.

Des membres du réseau de Salman Abedi pourraient encore être en fuite, estime la ministre britannique de l’Intérieur. Interrogée par la BBC, Amber Rudd a confirmé que l’opération de recherche d’éventuels suspects « tournait toujours à plein régime ».

La veille, Theresa May avait expliqué que les avancées de l’enquête avaient incité les spécialistes du renseignement à abaisser le niveau d’alerte de « critique » à « sévère ».

Dimanche, un homme de 25 ans a encore été interpelé dans le quartier d’Old Trafford, dans l’est de Manchester, tandis qu’un autre homme de 19 ans a été arrêté dans le quartier de Gorton, dans le nord-ouest de la ville.

Parallèlement aux interrogatoires menés auprès des personnes interpelées ces derniers jours, la police a publié des clichés du terroriste pour tenter d’en savoir plus sur son parcours. Il s’agit de photos tirées de caméras de vidéosurveillance le soir de l’attentat. Le jeune homme de 22 ans y apparaît en jean, casquette sombre et sac à dos. Les enquêteurs cherchent notamment à retracer tous ses faits et gestes depuis son retour de Libye, le 18 mai. Ils sont pour l’instant sûrs que Salman Abedi a loué un appartement dans le centre de Manchester avant de se rendre à la salle de spectacle Arena. C’est dans cet appartement qu’il aurait pu assembler sa bombe.

Le gouvernement britannique a confirmé qu’Abedi était connu des services de sécurité avant l’attentat, sans préciser pour quels motifs.

Rfi.fr