Attentats à Téhéran: des dizaines de personnes arrêtées

Une foule immense a assisté vendredi à Téhéran aux funérailles des victimes des premiers attentats perpétrés par le groupe Etat islamique en Iran qui ont été suivis par des dizaines d’arrestations.

Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

media
Des membres des forces de sécurité iraniennes à Téhéran durant l’attaque au Parlement, le 7 juin 2017.

Selon le ministère des Renseignements, 41 personnes ont été arrêtées à Téhéran et dans les provinces de Kermanshah, du Kurdistan, d’Azerbaïdjan-Ouest, toutes situées à l’ouest près des frontières avec l’Irak et la Turquie.

Parmi les personnes arrêtées figurent « des agents » du groupe Etat islamique, « des équipes opérationnelles » et « leurs principaux coordinateurs », selon le ministère des Renseignements. « Des documents et des équipements, notamment des armes et des explosifs destinés à commettre des opérations terroristes » ont également été saisis. Ces arrestations s’ajoutent à celles de cinq « suspects » arrêtés sur les lieux des attentats de mercredi, notamment une femme.

Vendredi, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a adressé un message de condoléances aux familles dans lequel il affirme que les attentats ne feront que « renforcer la haine à l’encontre du gouvernement des Etats-Unis et de l’Arabie saoudite ». Pour sa part, le président du Parlement iranien Ali Larijani a mis en garde les Etats-Unis contre toute sanction contre les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique, en affirmant qu’elle constituait une ligne rouge pour Téhéran.

Rfi.fr