Au Nigeria, le « Brexit » inspire les indépendantistes biafrais

Après le « Brexit », voici venu le  « BiafrExit ». Ou plutôt le #Biafrexit. La tendance a vu le jour sur la twittosphère nigériane au lendemain du référendum britannique. Pourquoi les activistes biafrais n’organiseraient-ils pas eux aussi leur propre référendum pour l’indépendance du Biafra ?

« #Biafra : nous lançons la campagne #BiafrExit (…) », annonce sur son compte Twitter Emeka Mekus. A son tweet, il joint cette publication officielle du mouvement indépendantiste : « Le peuple indigène du Biafra (IPOB), sous le leadership de Mazi Nnamdi Kanu, lance officiellement le slogan de campagne BiafrExit Vote. »

Ancienne colonie britannique, le Nigeria a pris son indépendance le 1er octobre 1960. Sept ans plus tard, l’Eastern Region, l’un des quatre Etats qui formaient le Nigeria de l’époque, faisait sécession en créant la République indépendante du Biafra. Une réponse aux massacres perpétués par le Nord islamisé sur les populations igbos d’un Sud largement christianisé et dominant le pays grâce à ses ressources pétrolières (les quatre cinquièmes du pays) ainsi qu’une forte scolarisation.

Lire aussi : « Pour l’Afrique, le “Brexit” ouvre des opportunités dans les années à venir »

Cette tentative séparatiste fut réprimée violemment au cours de la guerre du Biafra qui dura jusqu’en 1970 et la défaite des sécessionnistes. Un à deux millions de rebelles y perdirent la vie, succombant, pour la plupart, à la famine. La région et ses 14 millions d’habitants sont alors rattachés au Nigeria. Si l’aspiration à l’indépendance n’a jamais vraiment été enterrée, la revendication refait particulièrement surface aujourd’hui, suite à un conflit entre bergers peuls du Nord et agriculteurs igbos du Sud.

VOUS AIMEREZ AUSSI