Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Au sommet de sa gloire, John Kyffyz a voulu tout abandonner pour la mécanique…

De John Mayal à John Kyffyz en passant par John Yalley, le roi du zézé pop aura beaucoup bourlingué avant de connaitre le succès qu’on lui sait aujourd’hui.

Quoiqu’apprécié aussi bien en Côte d’Ivoire que partout en Afrique, l’artiste n’a pas toujours apprécié le milieu du show-biz avec les éternels problèmes des droits d’auteurs mal redistribués. Au sommet de sa gloire, il fit le projet de tout abandonner pour la mécanique :

Lire aussi : « La tradition de ma famille veut que chaque premier fils fasse don de son deuxième-né pour maintenir notre richesse familiale »

‘’…mais parce qu’il y a eu un moment où j’ai trouvé que dans le pays les gens ne s’intéressent pas à la culture ; ils ne mettent pas les moyens qu’il faut, où la maison des droits d’auteurs ne paye pas l’argent des artistes.

On travaille énormément et les gens vivent avec notre argent, sans jamais nous les reverser ; donc, un moment, je voulais plus faire la musique, le métier qui me plait, c’est la mécanique, donc je me suis posé la question, pourquoi je ne pourrais pas devenir mécanicien pour réparer les bagnoles, avoir beaucoup de bagnoles…’’.

Lire aussi : Marie-France, la sœur de Skelly : ‘’… un enfant qui est abandonné depuis sa naissance ne peut porter le nom de son père…’’

Le chef de la tribu des kanegnoa continuera pour dire qu’il en a été dissuadé par les appels incessants des fans dont certains estimaient qu’il était en manque d’inspiration. Il n’en était rien, l’homme était revenu et depuis 21 ans, sans avoir produit, il réalise des concerts, toujours avec les mêmes scènes d’hystéries des passionnés du zézé pop.

Diaman Emmanuel

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires