Bahreïn: un rapport accablant d’Amnesty International sur les droits de l’homme

« Personne ne peut vous protéger », c’est le titre d’un nouveau rapport accablant sur la situation des droits de l’homme à Bahreïn. C’est Amnesty International qui documente les méthodes du gouvernement bahreïnien pour réprimer l’opposition. En 2011, ce pays de la péninsule arabique a été le théâtre de manifestations, dans le contexte des printemps arabes dans la région. Le mouvement a été brisé par la force et depuis, le pouvoir multiplie les arrestations arbitraires, le harcèlement et la torture selon le rapport d’Amnesty. Une opposante bahreïnienne, aujourd’hui réfugiée en France avec son mari, a témoigné pour RFI.

 media
Les autorités du Bahreïn ont renforcé les restrictions pesant sur la liberté d’expression.

Asma Darwish et son mari Hussein Jawad ont obtenu l’asile politique en France il y a quelques mois. Un exil forcé pour ces deux Bahreïniens qui en 2011 manifestaient pour demander des réformes dans leurs pays.

Depuis, Hussein a connu la prison à plusieurs reprises, la dernière fois c’était en 2015, comme le raconte son épouse Asma.

« Il a été torturé pendant une semaine avec interdictions prolongées de s’asseoir ou de se rendre aux toilettes avec de très longs interrogatoires, jusqu’à 12 heures par jour, dit-elle. Il a été frappé, battu, il a reçu des coups de pieds et des gifles et il a été harcelé sexuellement. Il a passé 4 mois en prison, puis on lui a donné 3 mois pour quitter le pays, sinon on le menaçait de le remettre en détention et de lui briser les os. »

Lorsqu’on les interroge sur la situation des droits de l’homme, les autorités de Bahreïn dénoncent des « réseaux terroristes » soutenus par l’Iran pour déstabiliser le royaume. 

Dans son dernier rapport, Amnesty International s’inquiète aussi du silence des Etats occidentaux face aux violations des droits humains à Bahreïn.

Rfi.fr