Benyamin Netanyahu à la Maison Blanche pour un premier test grandeur nature

Durant la campagne électorale, les positions de Donald Trump sur le Proche-Orient semblaient très proches de celles de la droite israélienne, rappelle notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil. Il dénonçait avec force l’accord sur le nucléaire iranien, partageant les vives critiques émises par Benyamin Netanyahu. Il promettait de déménager son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, ville disputée par les Palestiniens. Et il estimait, tout comme son hôte du jour, que les colonies israéliennes « ne sont pas un obstacle à la paix » avec les Palestiniens.

media
Donald Trump et Benyamin Netanyahu à New York le 25 septembre 2016. Les deux hommes sont-ils toujours sur la même longueur d’ondes ?

Mais le président Trump est-il sur la même ligne que le candidat ? La nouvelle administration américaine a temporisé sur plusieurs sujets : l’abrogation de l’accord sur le nucléaire iranien, le déménagement de son ambassade à Jérusalem. Et alors que depuis la prise de fonctions du nouveau président américain le gouvernement israélien a annoncé la construction de 5 000 logements dans les colonies, la Maison Blanche a jugé que cela n’aide pas à obtenir un accord de paix.

Des revirements qui font dire à un ancien haut responsable israélien que le nouveau président américain « devrait rester fidèle à la politique américaine, celle de ses prédécesseurs George W. Bush et Barack Obama ».

Car Donald Trump doit répondre à un électorat divisé, indique notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio. La communauté juive est plus démocrate que républicaine. Et d’après les sondages, les Américains sont de plus en plus nombreux à soutenir une solution à deux Etats.

Rfi