BlackBerry, Sagem, Nokia… Echecs au bout de la ligne

Le canadien BlackBerry a récemment annoncé qu’il ne fabriquera plus de smartphones. Comme lui, les anciens leaders européens et américains du secteur des téléphones portables ont presque tous raccroché. Souvent au profit de sociétés asiatiques.

Le stand Blackberry au salon 3GSM Mobile World Congress 2008, à Barcelone.
2016 : BlackBerry, pionnier déchu

Seize ans après avoir lancé le premier téléphone connecté à Internet, la célèbre marque canadienne vient d’annoncer qu’elle ne créerait plus de nouveaux modèles. Des portables BlackBerry resteront produits sous licence par des sociétés asiatiques.

Nokia était finlandais, puis américain avant de passer sous licence taïwannaise.

2013-2016 : Nokia et Microsoft, même combat

En septembre 2013, l’ex-leader mondial a décidé de se séparer de son activité dans la téléphonie, en la vendant à Microsoft. Le géant américain s’en est à son tour débarrassé en mai 2016. Des Nokia restent cependant produits sous licence par le Taïwanais Foxconn et une nouvelle société finlandaise, HMD.

Sagem s’appelle désormais MobiWire.

2008 : Sagem, vieille gloire française

Ancien numéro un déclinant du marché français, Sagem Mobiles a été vendu par le groupe Safran en juillet 2008 à une société de capital risque, Sofinnova. Après plusieurs restructurations, cette entreprise s’appelle désormais MobiWire et ne fait plus que de la sous-traitance.

Une montgolfière en forme de téléphone portable de marque Siemens 408, à Chambley (Meurthe-et-Moselle).

2005 : Siemens, allemand aphone

Une réputation de sérieux ne suffit pas. En juillet 2005, la firme allemande a été contrainte de céder son activité de téléphonie, déficitaire, au groupe taïwanais BenQ. La nouvelle branche BenQ-Siemens a finalement fait faillite en 2007.

Alcatel n’est plus français mais chinois depuis 2004.

2004 : Alcatel, stratège gaulois

Le Français Alcatel a été l’un des premiers à se séparer de son activité dans la téléphonie mobile en avril 2004, jugée « non stratégique » par ses dirigeants. C’est le Chinois TCL qui continue de faire vivre la marque.