Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Bombardement de Bouaké: la question des boîtes noires des Soukhoï Su-25 s’invite au procès – RFI

Le quatrième jour du procès du bombardement du camp militaire français de Bouaké en 2004 a été marqué par une information inédite donnée à la barre par la veuve d’un militaire concernant les boîtes noires des avions utilisés pour le raid.

Lire aussi : Une domestique contamine à la syphilis le bébé de sa patronne en lui donnant son urine à boire

Le chef d’état-major des armées de l’époque, le général Bentégeat, a affirmé que les boîtes noires des appareils utilisés pour le raid du 6 novembre 2004 « n’ont jamais été récupérées par un militaire français ». Mais lors de la quatrième journée du procès devant la cour d’assises de Paris, Elisabeth Capdeville, veuve de l’adjudant-chef Philippe Capdeville, a pointé une autre piste qu’elle aurait tue depuis 2006, et désigné le général Destremau, ex-commandant du Groupement tactique interarmes de Bouaké (GTIA).

Lire aussi : Tragique accident sur l’axe Bouaflé – Yakro : le footballeur Razack Cissé endeuillé

« Ma cliente a expliqué que l’épouse du général Destremau, courant 2006, peu avant son départ du RICM [Régiment d’infanterie chars de marine, ndlr], lui avait déclaré comme ça rapidement, et sans autres échanges, que son mari avait les deux boîtes noires des avions dans son bureau, a expliqué jeudi Patricia Coutant, l’avocate de Mme Capdeville. Elle avait ces informations et je pense que pendant très longtemps, elle a refusé d’y croire se disant que c’était forcément faux, que ce n’était pas possible…LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,