Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

 Boni Gnahoré émerveille l’Institut Français d’Abidjan

Après la chanteuse capverdienne Alméida, lauréate du prix RFI découverte 2015, la série de concert du FEMUA s’est poursuivie avec le fondateur du «Chœur Attoungblan» Boni Gnahoré. Il  a offert le 20 avril au public de l’Institut Français, un spectacle rythmé dans la pure tradition africaine.

Absent depuis un moment des scènes ivoiriennes, Boni Gnahoré désormais basé en Europe a démontré mercredi dernier, qu’il reste un pur produit du village Kiyi de Wêrê Wêrê Liking Gnepo. En effet, l’auteur du titre à succès « Gbazanan » a, au cours de son concert offert au public de l’Institut Français, un vrai récital de la pure tradition africaine. L’originalité de cet artiste de tout premier plan sur la scène Africaine, n’a pas laissé indifférent les spectateurs. Passant en revue son riche répertoire, l’artiste qui illustre à merveille la diversité culturelle de la Côte d’Ivoire et même du continent, a su tenir en haleine le public. Egrainant notamment ses meilleurs titres depuis 1993, « Kumbélé Kumbélé, Delilaba, PédouAtégbono, la paix, un touareg s’est marié à une pygmée  » ainsi que  »Déliteba » qui intègre des sonorités et des chants propres à diverses ethnies. Boni Gnahoré a ) cet effet créé une ambiance électrique dans la salle, composée majoritairement d’européens. Avec des textes forts en français, en Dida, en bété, Boni Gnahoré a enflammé l’institut français. Avec autant de ferveur et durant 1h30 minutes, il a permis au FEMUA de replonger dans le pays Bété, au son de sa voix suave en pays bété. Le père de Dobey Gnahoré a aussi esquissé des pas de danse locale dont lui a seul a le secret. Lorsqu’il entonne « Gbazanan », c’est l’hystérie totale. A ce effet, le concepteur du projet « un enfant, un Djembé » a été soutenu par toute la team du village Kiyi avec à sa tête la fondatrice Wêrê Wêrê Liking et son époux Pape Gnepo, qui ont fait irruption sur la scène. « J’avais confiance en ses capacité et ses talents. Boni Gnahoré a surpris plus d’un (…) » se félicite Salif Traoré dit A’Salfo, le Commissaire général du FEMUA. « Nous avons eu du plaisir », ajoute-t-il. En attendant ce jeudi, Vieux Fraka Touré occupera la scène de l’Institut français. Quand à Charlotte Dipanda, Daddy Lumba, Nst Koffies, Papa Wemba, ils livreront ce soir un spectacle au cours d’une soirée privée chapeauté par le sponsor leader « MTN ».

Daniel Ness

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,