Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Braquage de la BCEAO en 2002 : « Sia Popo Prosper était prêt à nous satisfaire, quel que soit le montant », révèle Enoch Sorgho (lefaso.net)

Chef de la brigade de recherches à l’époque, le commissaire principal de police Enoch Sorgho est l’une des pièces maîtresses dans l’arrestation du célèbre braqueur de la BCEAO, Sia Popo Prosper, à l’aéroport de Ouagadougou.

Vingt ans après, Enoch Shorgo se souvient encore que l’illustre cambrioleur de la Banque centrale des États d’Afrique de l’ouest (BCEAO) était prêt à tout pour les satisfaire (entre 16 et 20 milliards de francs CFA auraient été emportés lors du braquage). Il nous livre sa version des faits de l’histoire dans cette interview, après celle qu’a accordée Béatrice Sanon à Lefaso.net.

Lire aussi : KS Bloom/Indira Baboke : fiançailles ou featuring ?

Lefaso.net : Quelle est votre version des faits de l’arrestation de Sia Popo Prosper à l’aéroport de Ouagadougou en 2002 ?

Commissaire Enoch Sorgho : Au début, nous ne savions pas que c’était Sia Popo Prosper. J’étais à l’époque le chef de la brigade de recherches à l’aéroport de Ouagadougou. Je me souviens que c’est un soir lors de l’ouverture du vol Air France pendant l’enregistrement. Je n’étais pas sur place parce que j’avais des céphalées. Donc je suis rentré pour chercher de quoi me soulager.

Lire aussi : Moqué après sa chute à la CAN, Badra Ali révèle que cela a été l’une des causes du décès de son père

Et à mon retour, le jeune collègue qui travaillait avec moi m’a informé qu’il avait été saisi par la compagnie Air France pour contrôler le passeport d’un passager. N’ayant constaté aucune anomalie lors de la vérification, il a demandé à ce que le passager soit enregistré. Après l’avoir écouté, je lui ai cependant demandé, quel était l’origine de ce passeport ? Il a répondu qu’il s’agissait d’un passeport ghanéen. LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI