Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Brésil-Coronavirus : Les gangsters armés imposent et surveillent le couvre-feu

«Celui qu’on attrape en train de faire des conneries ou juste se balader recevra une correction et servira d’exemple. Mieux vaut rester chez soi sans rien faire. Le message est passé». Mitraillettes aux poings, perchés sur des pick up surmontés d’un haut parleur, les membres du « commandement rouge », le plus célèbre gang de l’ouest de Rio de Janeiro sillonnent et distillent ce message à travers les rues de « la cité de Dieu ». Dans ce quartier populaire (40.000 habitants) rendu célèbre par le film de Fernando Meirelles en 2002, les bandes armés ont décidé par cette annonce d’imposer et surveiller le couvre-feu face à l’inaction du Gouvernement de Jair Bolsonaro dans la lutte contre le coronavirus.

Lire aussi : Paraguay : Ronaldinho libéré de prison, mais assigné à résidence

En conflit ouvert avec son ministre de la santé favorable au confinement total de la population, le Président du Brésil minimise les risques liés au covid-19 et a dénoncé les mesures prises dans plusieurs villes et Etats du Brésil. Parfois de manière caustique : « Ce n’est qu’une grippe »,  » Le groupe à risques, c’est celui des personnes de plus de 60 ans. Alors pourquoi fermer les écoles ? « , s’interrogeait-il encore il y a quelques semaines. Une désinvolture des autorités qui, ironie du sort, a conduit, les criminels à suppléer l’état pour assurer la sécurité des populations.

 » Si le gouvernement ne fait pas ce qu’il faut, le crime organisé le fera « . Sur les réseaux sociaux et dans les rues, les messages un tantinet menaçant des gangsters font désormais office de lois et décrets.

Des annonces abruptes et sans panache mais qui ont le mérite de susciter la crainte et imposer un confinement aux 1,5 million de personnes qui vivent déjà sans aide social, particulièrement exposé à la propagation du virus du fait de la surpopulation et du manque d’hygiène dans les favelas.

A l’instar de la « cité de dieu », d’autres bidonvilles de Rio se sont aussi vus imposer des mesures de restriction. Illustration étayée sur une affiche :

« Attention à tous les habitants de Rio das Pedras, Muzema et Tijuquinha! Couvre-feu à partir de 20h aujourd’hui. Quiconque est vu dans la rue après cette heure apprendra à respecter la suivante « .

Dans le quartier Morro dos Prazedes, les habitants sont uniquement autorisés à se promener en couple.

Dans le « Complexo da Maré », une favela qui jouxte l’aéroport international de Rio, les gangs ont « demandé » aux commerçants et aux églises … de réduire leurs activités. Seuls les magasins d’alimentation peuvent rester ouverts jusqu’à 23 H 00.

Franck Duval

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires