Brésil: la police fédérale interroge Michel Temer, soupçonné de corruption

Au Brésil, l’étau de la justice se resserre autour du président Michel Temer, impliqué dans l’énorme scandale de corruption, qui ébranle le pays depuis des mois.
Visé par une enquête, la Cour suprême a autorisé la police fédérale à interroger Michel Temer sous certaines conditions. Il est mis en cause et soupçonné de corruption.

Avec notre correspondant à Rio de JaneiroFrançois Cardona

media
Le président brésilien Michel Temer, lors du lancement d’un plan gouvernemental pour l’agriculture, le 31 mai 2017, à Brasilia.

Le président n’aura pas à rencontrer les policiers fédéraux en charge de l’enquête. Le juge de la Cour suprême a ordonné que l’interrogatoire soit effectué par écrit, il a également donné le droit au président de ne pas répondre aux questions de la police fédérale. Mais Michel Temer est directement impliqué dans l’énorme scandale de corruption, qui déstabilise l’ensemble du monde politique brésilien.

L’enquête, tentaculaire, a révélé le versement de milliards d’euros de pots-de-vin, ces dix dernières années, distribués par les grandes entreprises privées brésiliennes pour truquer systématiquement les marchés publics, et bénéficier de faveurs politiques.

Le président Temer réfute les accusations et conteste notamment l’authenticité d’un enregistrement audio d’une conversation avec le dirigeant du géant brésilien de l’agro-alimentaire, JBS, qui coopère avec la justice. Michel Temer attend par ailleurs le jugement du Tribunal supérieur électoral, qui doit se prononcer d’ici une dizaine de jours, sur l’utilisation présumée de fonds illégaux pendant sa campagne électorale en 2014, avec Dilma Rousseff, dont il était le vice-président, avant de prendre sa place, lors son procès en destitution il y a un an.

Rfi.fr