Brésil: Temer met fin au déploiement de l’armée à Brasilia

Au Brésil, le président recule. Il a mis fin au déploiement de l’armée dans la capitale où s’étaient déployés mercredi 24 mai 1 500 soldats pour protéger les bâtiments publics de Brasilia après une manifestation réclamant le départ du chef de l’Etat, accusé de corruption. Le président Temer a abrogé le décret moins de 24h après sa signature. Mais il reste toujours menacé.

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

media
Le président brésilien Michel Temer, ici au palais présidentiel à Brasilia, le 20 mai 2017.

« Le désordre ne sera pas toléré. » Les mots sont du ministre de la Défense qui s’est chargé d’annoncer le retrait des militaires hors de la capitale. Peu avant, le président Temer avait abrogé le décret autorisant leur déploiement après les heurts violents durant une manifestation organisée devant le Congrés : des dizaines de milliers de personnes, mais aussi des ministères incendiés, et une quarantaine de blessés.

Rapidement, le calme a été rétabli dans la capitale, mais, vivement critiqué pour son empressement à faire appel à l’armée, le président Temer a finalement abrogé le décret.

Peu de temps après, l’Ordre national des avocats a remis une demande de destitution à la Chambre des députés, à Brasilia, seule habilitée à ouvrir une telle procédure. Plusieurs autres demandes de destitution sont déjà restées lettre morte ces dernières semaines. L’Assemblée soutient pour l’instant le président Temer visé par une enquête auprès de la Cour suprême pour « corruption et participation à une organisation criminelle ». Il est impliqué dans le pire scandale de corruption de l’histoire du pays qui frappe toute la classe politique brésilienne.

Rfi.fr