Brexit: le gouvernement britannique divisé sur la circulation des personnes

Le gouvernement britannique a décidément du mal à adopter une position claire et commune sur le Brexit. Ce week-end, ce sont les ministres du Commerce international, Liam Fox, et des Finances, Philip Hammond, qui se sont affrontés. Le désaccord porte sur la liberté de circulation des personnes, après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Avec notre correspondante à Londres,  Marie Vivent

media
«Retrouver le contrôle de nos frontières est l’une de nos priorités», a rappelé le ministre du Commerce international Liam Fox.

D’un côté, Philip Hammond, le ministre des Finances, qui était partisan d’un maintien dans l’Union européenne, de l’autre, son collègue au Commerce international, Liam Fox, qui a fait campagne en faveur du Brexit l’année dernière.

Philip Hammond plaide pour une séparation en douceur avec le bloc européen. Vendredi, il a estimé qu’une période transitoire serait nécessaire une fois le divorce acté, en mars 2019. Ce qui signifie que les éventuelles restrictions à l’immigration ne seront pas mises en place immédiatement, pas avant 2022, selon le chancelier de l’Echiquier.

De quoi provoquer la colère des plus grands défenseurs du Brexit, dont le ministre du Commerce international. D’après lui, cette perspective va à l’encontre du résultat du référendum de l’été dernier. « Retrouver le contrôle de nos frontières est l’une de nos priorités », rappelle Liam Fox, dans une interview au Sunday Times.

Un manque de clarté côté britannique et qui pourrait provoquer du retard dans les négociations avec l’UE, qui ont débuté le mois dernier.

Rfi.fr