Brexit: l’UE procède aux «derniers réglages» avant les négociations avec Londres

Les ministres européens des Affaires étrangères et des Affaires européennes se sont réunis ce lundi 22 mai à Bruxelles avec, comme ordre du jour, une nouvelle réunion sur le Brexit. Il s’agit pour les 27 pays-membres qui restent de procéder à ce qu’on peut appeler les « derniers réglages » avant les négociations, même si la multiplication des sommets européens et des annonces auraient pu laisser croire que l’Union européenne (UE) était déjà en ordre de bataille.

Avec notre bureau de Bruxelles

media
Le Français Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l’UE, ce lundi 22 mai 2017, à Bruxelles.
 

Pour les Européens, le temps des grandes manœuvres est terminé et ils attendent désormais de pied ferme les Britanniques car tout est désormais en place du côté des 27. Ils ont adopté ce lundi les directives de négociation proposées par la Commission européenne dans la foulée du sommet européen spécial Brexit du 29 avril et ont donc officiellement donné mandat à Michel Barnier comme négociateur en chef.

Le mandat de ce lundi grave dans le marbre les trois priorités des Européens : d’abord fixer les frontières extérieures de l’Union en évitant que la limite entre l’Ulster et la République d’Irlande se retransforme en frontière internationale, ensuite obtenir à long terme des garanties pour les Britanniques vivant dans le reste de l’UE et pour les Européens vivant au Royaume-Uni, ce qui représente au total plus de quatre millions de personnes.

Reste enfin la question des engagements financiers à plus ou moins long terme, pris en commun avec le Royaume-Uni, et que l’UE va devoir continuer à honorer. Selon les estimations, la facture présentée aux Britanniques pourrait se monter au minimum à 55 milliards d’euros.

Les Européens sont dans l’attente car ils ne savent toujours pas qui se trouvera en face de Michel Barnier pour négocier, dans l’hypothèse d’un remaniement ministériel au Royaume-Uni, après les législatives du 8 juin. Ces élections ont en tout cas amené les Européens à fixer au 19 juin le véritable début des négociations.

Rfi.fr