Brexit: le Royaume-Uni présente ses propositions sur la frontière avec l’Irlande

Le gouvernement britannique publie le 16 août 2017 ses propositions sur la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du nord après le Brexit. Le Royaume-Uni tente de forcer la main à l’Europe en liant la question à celle de leurs futures relations commerciales.

media
Un homme et son chien marchent dans le quartier loyaliste de Sandy Row à Belfast, en Irlande du Nord, le 19 mai 2017.

Dans les pourparlers sur le Brexit, la Commission européenne a réaffirmé le 15 août qu’avant toute négociation commerciale, il fallait avancer sur trois sujets prioritaires : le sort des citoyens européens, la facture de sortie et la frontière irlandaise. Mais pour Londres, le futur partenariat commercial et les négociations de sortie doivent être discutés en même temps.

Ce 16 août, le ministre britannique chargé du Brexit a réitéré dans ses propositions ne pas vouloir de retour des postes-frontière, symbole d’une frontière dure entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord.

« Nous avons des principes très clairs, écrit David Davis. Notre priorité est de s’entendre sur l’absence d’infrastructures frontalières qui seraient un retour aux postes-frontière du passé et est totalement inacceptable pour le Royaume-Uni ».

« Arrangements douaniers »

Pour arriver à ce résultat, le gouvernement britannique propose deux approches à l’Union européenne (UE) : un « nouveau partenariat douanier » qui permettrait qu’il n’y ait pas de frontière du tout entre le Royaume-Uni et l’Irlande, ou des « arrangements douaniers » qui pourraient inclure la suppression de déclarations d’entrée et de sortie des biens et des accords commerciaux spécifiques à l’Irlande du Nord.

Le 15 août, Londres a appelé de ses voeux un accord d’union douanière intérimaire d’environ deux ans avec l’UE après le Brexit, une proposition froidement accueillie par Bruxelles, qui la juge prématurée.

Dans ce bras de fer, l’Irlande a pour sa part salué les propositions britanniques tout en rappelant que « l’objectif immédiat des prochaines sessions de négociations demeure d’avancer sur les droits des citoyens et le règlement financier ainsi que les questions spécifiques à l’Irlande ».

Rfi.fr