Burkina : plusieurs centaines de personnes déplacées à cause des violences postélectorales

Les violences postélectorales intervenues dans certaines localités du Burkina Faso ont entraîné le déplacement de quelques centaines de personnes, notamment dans la commune rurale de Karangasso Vigué selon les médias locaux.

Après les affrontements sanglants survenus le 21 juin dernier à la suite de la désignation du nouveau mairede cette bourgade située près de Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays, la commune a enregistré environ 700 déplacés internes que les services de l’Action sociale s’apprêtent à prendre en charge. Ces sinistrés ont dû fuir leurs domiciles pour éviter de nouvelles exactions.

En attendant de trouver une solution à leur situation, les victimes de ce conflit ont bénéficié de plusieurs dons.

Environ 700 personnes sinistrées

“Nous avons à ce jour environ 700 personnes sinistrées. Et nous avons donc reçu de l’Action sociale deux tonnes de maïs et une tonne de petit mil et 15 cartons de couvertures, des seaux, des gobelets pour nous aider à prendre en charge ces personnes-là”, a indiqué le préfet du département de Karangasso Vigué à la presse.

Deux morts et une quarantaine de blessés

Au total, le bilan de ce conflit selon les autorités locales s’élève à deux morts et une quarantaine de blessés.

Les désignations de maires à l’issue des élections municipales du 22 mai dernier au Burkina Faso rencontrent des difficultés dans certaines localités. Si les mésententes entre les différents partis politiques n’empêchent pas la mise en place des collèges électoraux, ce sont les résultats qui sont parfois contestés de manière violente.

 

VOUS AIMEREZ AUSSI