Cambodge: tour de vis politique à l’approche des municipales

Le Parlement cambodgien a adopté, ce lundi 20 février, un projet de loi qui donne plus de pouvoir à la Cour suprême pour dissoudre des partis politiques. Cet amendement s’ajoute à une longue liste de manœuvres du pouvoir pour écarter toute opposition avant les élections municipales en juin 2017 et législatives en 2018. Des dizaines d’opposants et de défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés ces derniers mois au Cambodge.
media
Le Premier ministre cambodgien Hun Sen.
Le parti au pouvoir depuis 31 ans maintenant et l’homme au pouvoir, [le Premier ministre] Hun Sen ont peur. Ils ont peur parce qu’en 2013, le parti d’opposition, celui du sauvetage national [Parti du sauvetage national du Cambodge] a remporté 55 sièges lors des dernières législatives contre 68 pour le Parti du peuple cambodgien qui n’avait jamais été défié avec cette ampleur-là.
Sophie Boisseau du Rocher Chercheure associée au Centre Asie de l’Ifri 21/02/2017 – par Jelena Tomic.