Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Cette machine à dessaou­ler aspire l’al­cool hors du corps des gens ivres

Des scien­ti­fiques cana­diens de l’uni­ver­sité Health Network de Toronto ont mis au point un système révo­lu­tion­naire pour trai­ter l’ivresse alcoo­lique. Lorsqu’une personne ivre expire dans leur machine, elle aspire litté­ra­le­ment l’al­cool hors de son système, rappor­tait Gizmodo le 12 novembre.

Ce nouveau dispo­si­tif, baptisé ClearMate, est conçu pour permettre aux gens alcoo­li­sés d’hy­per­ven­ti­ler en toute sécu­rité. Après une étude sur plusieurs volon­taires sain.e.s, le dispo­si­tif s’est montré capable d’ac­cé­lé­rer trois fois plus vite l’éli­mi­na­tion de l’al­cool présent dans l’or­ga­nisme.

Lire aussi : À 14 ans, elle crée un anti­vi­ral qui pour­rait vaincre le coro­na­vi­rus

Habi­tuel­le­ment, l’al­cool est décom­posé par le foie, mais les poumons peuvent égale­ment jouer un rôle dans l’éli­mi­na­tion natu­relle de l’al­cool de notre corps. En effet, si le sang en est saturé, il peut atteindre les poumons pour être réap­pro­vi­sionné en oxygène frais. Une partie de cet alcool présent dans le sang est alors expi­rée, ainsi que du dioxyde de carbone. Ce proces­sus peut être accé­léré par l’hy­per­ven­ti­la­tion, soit l’ac­tion de respi­rer rapi­de­ment. Or, lorsque nous hyper­ven­ti­lons, nous perdons égale­ment trop de dioxyde de carbone, ce qui peut nous faire perdre connais­sance.

Lire aussi : Guy-Christ Israël à la chantre Claire Bahi: « Ça fait énormément plaisir… mais qu’elle se forme »

Selon l’in­ven­teur Joseph Fisher, ClearMate a trouvé le moyen de pallier ce problème. Le patient est équipé d’un masque, qui se connecte à une réserve d’oxy­gène et de dioxyde de carbone. Le mélange de gaz qu’il respire provoque une hyper­ven­ti­la­tion, tandis que le dispo­si­tif lui renvoie suffi­sam­ment de dioxyde de carbone pour ne pas que le patient s’éva­nouisse. Il expire ainsi l’al­cool sans problème.

« À chaque respi­ra­tion, le dispo­si­tif est conçu pour permettre à la quan­tité normale de dioxyde de carbone de s’échap­per et tout excès est renvoyé lors de la respi­ra­tion suivante », explique Fisher. Selon Fisher, le fait que nos poumons aident à élimi­ner l’al­cool de notre corps est connu depuis près d’un siècle, mais il ne sait pas pourquoi personne n’avait jamais pensé jusqu’à présent à tenter d’ex­ploi­ter ce proces­sus.

Source : Gizmodo

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires