Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Cherté de la vie, politique nationale…Le ministre Jean Louis-Billon se prononce

Cherté de la vie, politique nationale…Le ministre Jean Louis-Billon se prononce : 

 «La compétitivité  de notre économie  dépend de la cherté de la vie»

Jean Louis Billon, ministre du Commerce de la Côte d’Ivoire a rencontré la presse nationale ce lundi  25 avril 2016 à son cabinet, au Plateau.  Il s’est entretenu avec les journalistes sur des sujets liés à son ministère et surtout sur les questions d’actualités du moment.

Le membre du gouvernement a annoncé le lancement ce jour de la campagne de vérification des instruments de mesure afin d’authentifier  leur véracité  en termes de température, de masse et de volume, précisant que cette opération qui va se dérouler sur trois mois  n’est pas  répressive.  « Quand la machine est défectueuse,  on demande au commerçant de se mettre aux normes.  Des stickers verts seront apposés aux instruments aux nomes et rouges a celles qui seront constatés défectueux.  Cela  permet d’avoir des transactions correctes et de lutter conte la cherté de la vie », a-t-il indiqué.  Il a ajouté que soit revu à la baisse  le barème de la vérification afin de coller plus à la réalité et ne pas faire supporter une charge trop lourde aux commerçants.

Toutefois dans le secteur  informel  notamment le vivrier, le ministre a déploré le fait que l’on n’utilise pas la pesée alors qu’elle a plus davantage pour les commerçants et  les consommateurs.

Par ailleurs, Mr Billon a souligné que la  première préoccupation des Ivoiriens qui était l’emploi est a fait place depuis quelque temps à la cherté de la vie.  Aussi a-t-il fait remarquer  que les décisions de différents départements peuvent avoir un impact sur le coût de la vie. Et de relever le prix excessif  des factures de l’électricité pour lequel il a promis faire quelque chose car, a-t-il précisé,  «  le vécu que nous avons n’est pas du tout ce que nous avons décidé ».  De même que le coût du  permis de conduire pour lequel il prépare une note  à son collègue des Transports pour cause « d’anomalie ».

Au demeurant, son ministère a en programme  la loi sur la consommation  qui a été adopté en Conseil des ministres et qui devrait être défendu à l’Assemblée nationale. « C’est une loi qui est attendue par les consommateurs  car elle donne plus de devoirs aux commerçants et  plus de droits aux consommateurs. Souvent les décisions sont collégiales, nous qui sommes un ministère carrefour  avons toujours un avis dans le sens de l’atténuation des coûts pour le consommateur »,  Selon lui,  l’important est de satisfaire le consommateur  tout en faisant en sorte que le commerçant  tire son profit sans grand dommage. En outre,  le ministre a affirmé que des investissements ont été réalisés et ceux-ci doivent être amortis avec le temps.  Et d’ajouter que la Côte d’Ivoire a eu un déficit  criard d’investissements durant des années exacerbé par la crise. «  Nous travaillons plus pour les générations futures ».

Un pays dans lequel  les prix des produits en général mais ceux de première nécessité  en  particulier sont abordables ne peut qu’avoir une économie forte et compétitive.  Du moins, c’est l’avis  du ministre du commerce ivoirien, Jean Louis Billon. « La Côte d’Ivoire et  Abidjan en particulier est une ville chère. Nous faisons partie des 50 villes les plus chères au monde, je ne peux le nier.   La compétitivité de notre économie dépend de la cherté de la vie. C’est pourquoi tout ce que nous entreprenons est pour  réduire le coût de la vie. Mais ce n’est pas une bataille facile », a-t-il déclaré.

Abordant les sujets politiques,  le militant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire s’est félicité  des 70 ans de son parti.  De son point de vue, cet âge symbolise la maturité  et l’expérience.  Il est donc important, a-t-il dit,  de conserver et de pérenniser l’héritage du père-fondateur et les valeurs de dialogue, de paix  et de bien-être social et économique qu’incarne l’houphouétisme.

Parlant du parti unifié,  il a déclaré que dans l’union tout est possible ;  mais il est primordial de s’accorder sur les fondamentaux de l’houphouétisme. « Quant on parle de l’houphouétisme,  on parle de Félix Houphouët Boigny.  Son héritage est le PDCI.  Quand on est héritier, on assume les actifs et le passif », a-t-il affirmé.  Le ministre Billon a souhaité pour son pays le système de bipartisme tel qu’on le voit aux Etats-Unis ou ailleurs dans le monde pour plus de stabilité.   Sur la question du référendum,  il a dit qu’il appartient aux acteurs politiques d’expliquer ses enjeux pour le futur du pays afin d’avoir de l’engouement pour ce scrutin.   Et pour cause,  de son avis une Constitution consensuelle  est gage de stabilité  et de progrès.

« En 2020,  il y aura des candidats et le peuple choisira ;  donc laissons la souveraineté  au peuple », a-t-il conclu eu égard à la question sur l’alternance.

Par Franck Jorim

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,