Chine: à la veille du Congrès du Parti communiste, Pékin en état de siège

Pékin se prépare au XIXe Congrès du Parti communiste, le plus important rendez-vous politique qui n’a lieu que tous les cinq ans. Pour éviter que le moindre incident trouble l’image du parti, rien n’est laissé au hasard.

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt 

media
Des paramilitaires positionnés dans la vieille ville de Pékin, où se déroulera à partir de mercredi 18 octobre
le XIXe Congrès du Parti communiste.

Une armée de 650 000 bénévoles monte la garde à chaque coin de rue, équipée de brassards rouges et de drapeaux chinois. Sur les ponts, des policiers munis de matraques surveillent tout mouvement 24h sur 24 et dans les gares, des passants doivent prendre leur mal en patience pour passer les contrôles, renforcés pour l’occasion. 

Ces mesures poussées à l’extrême chamboulent la vie des Pékinois. Des marchés de légumes et des salles de sport sont fermés, les restaurants près de la place Tiananmen ont reçu l’ordre de ne plus allumer leurs fours et de nombreux bars ont dû annuler leurs concerts. Les plus petits n’y échappent pas : des jardins d’enfants ont remis des excursions à plus tard. Tous les supermarchés ont par ailleurs interdiction de vendre des couteaux.

Pour les dissidents, cette grand-messe politique rime avec vacances forcées, loin de la capitale. Même les touristes sont concernés : toutes les réservations Airbnb sont suspendues. L’obsession sécuritaire ne s’arrête pas aux portes de Pékin. A Shenzhen, dans le sud de la Chine, un hôtel s’est vu infliger une amende de 2 000 euros pour avoir logé des membres de la minorité musulmane des Ouïghours.

Rfi.fr