Chine: la lutte anti-corruption lancée par Xi Jinping porte ses fruits

En Chine, le nombre d’affaires de corruption jugées par les tribunaux a augmenté d’un peu plus de 30% par rapport à 2015. C’est le bilan que vient d’annoncer le président de la Cour suprême chinoise. Et pour lui il s’agit là d’une victoire. Cela prouve que la lutte anti-corruption lancée par le président Xi Jinping dès son arrivée au pouvoir en 2012 porte ses fruits.

Avec notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget

media
Tout l’enjeu pour Xi Jinping est de composer le prochain bureau politique et son comité permanent. 

C’est un chiffre que le président de la Cour suprême chinoise s’est fait une joie d’annoncer : l’an dernier, 45 000 affaires de corruption ont été traitées par les tribunaux. C’est 11 000 de plus qu’en 2015. Ces données fournies par le gouvernement font le jeu du pouvoir : la lutte anti-corruption est une priorité du président XI Jinping.

Tolérance zéro

Très médiatisée, elles est un moyen pour lui d’asseoir encore plus son autorité, et d’éliminer ses rivaux politiques. La corruption, assure-t-il, serait le plus grand danger auquel est confronté le parti communiste chinois. Pour mener à bien cette purge, les juges appliquent la tolérance zéro, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. L’année dernière, 76 personnes occupant des fonctions ministérielles ont été condamnées.

Xi Jinping continue de placer ses pions

A l’automne 2017 se tiendra le Congrès quinquennal du Parti communiste chinois. D’ici là, le président XI Jinping continue de placer ses pions car tout l’enjeu pour lui sera de composer le prochain bureau politique et son comité permanent. Celui-là même qui devrait le reconduire pour un second mandat.

Rfi.fr