Chine: Pékin durcit son contrôle sur l’information en ligne

A partir du 1er juin, les responsables éditoriaux des sites internet devront recevoir l’approbation du gouvernement pour travailler. Tous les sites, blogs, moteurs de recherche ou autres portails susceptibles de diffuser des informations sont concernés. Un pas de plus vers ce que le président Xi Jinping appelle la souveraineté numérique de la Chine.

media
A partir du 1er juin, le contrôle du gouvernement chinois sur l’information en ligne sera encore plus fort.

C’est à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse que Pékin a annoncé ses nouvelles mesures de censure. Le gouvernement contrôlera désormais la nomination des responsables éditoriaux qui travaillent sur internet.

Les rédacteurs des sites, blogs, plateformes, messageries instantanées devront recevoir une formation sanctionnée par les autorités. Les contenus qui traitent de politique, d’économie, de questions militaires, diplomatiques ou encore de problèmes sociaux seront approuvés avant diffusion. Etablir un partenariat avec une entreprise étrangère ou recevoir des fonds étrangers sera aussi soumis à autorisation.

Ce qui circule sur internet en Chine a toujours été contrôlé par les autorités, mais ce contrôle ne cesse d’être renforcé. L’an dernier, plusieurs portails d’information ont été fermés, les VPN interdits. Mais au-delà de la censure, l’enjeu est aussi de proposer à la population une vision du monde en accord avec celle du gouvernement. Un Wikipédia chinois est ainsi en préparation.

La nouvelle règlementation entre en vigueur à quelques mois d’un moment crucial de la vie politique : le congrès quinquennal du Parti communiste qui devrait renouveler le mandat du président Xi Jingping.

Rfi.fr