Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Cinéma ivoirien : Combien gagnent les acteurs ?

 

Même si la presse s’en fait rarement l’écho, le cinéma ivoirien est sorti de son état empirique pour se mettre à jour, et au niveau de l’évolution du domaine cinématographique incarné par la fameuse ‘’Nollywood nigériane’’. Un flash express pour voir combien touchent comme cachets les actrices et acteurs qui font rêver les peoples.

Des planches aux scènes !

Finie l’époque des Adjé Daniel, des Diallo Ticouaï Vincent, qu’elles sont si lointaines ces soirées télé des années 80 où rassemblée devant leur poste téléviseur, toute la famille suivait les mouvements de scènes de ceux qui ont apporté au 7ème art ivoirien leurs lettres de noblesse. Les planches, rares sont les jeunes de maintenant qui ont les souvenirs des grandes représentations des Thiam Abdoul Karim, Sidiki Bakaba. L’on connait plutôt du bout des doigts la nouvelle génération d’acteurs qui s’identifie au modèle nigérian.

L’actor studio de Sidiki Bakaba

Un zoom sur le cinéma ivoirien et ses acteurs a quelques repères. Lorsqu’il prend la tête du palais de la culture au début des années 2000, Sidiki Bakaba, grand acteur, metteur en scène, fait de la formation un sacerdoce. Grâce à lui, de nombreux jeunes seront révélés.

L’école Martika de Jean Hubert Nankam

A côté de l’émission ‘’différences ‘’ que suit l’audience jeune de la RTI, Jean Hubert Nankam se lance dans la production cinématographique qui met en scène des adolescents. Ce qui suscite évidemment des vocations. Lesquelles vont inéluctablement entrainer un gros vent dans le domaine cinématographique ivoirien. Nous sommes en plein dans la révélation de ceux qui, aujourd’hui tiennent le pavé.

Guy Kalou, Mahoula Kane, Emma Lohoues, Aurélie Eliam…

Passée la génération intermédiaire des Digbeu Cravate, Djimmy Danger…avec des maitres à penser, inspirés comme Adama Dahico, Gohou Michel, nous avons la génération play boy qui se caractérise par sa sculpture. Un fort accent est mis sur l’aspect physique, la corpulence. Très souvent, ce sont de beaux apollons, style Guy Kalou, Landry Gnamba, Zabavy… Au niveau des jeunes filles, Emma Lohoues, Aurélie Eliam, Marie Christine Beugré sont tout simplement élevées au rang de déesses.

Des cachets honorables

Le cinéma ivoirien n’est pas misérable comme on pourrait le croire. Nous ne sommes plus aux années ‘’Faut pas fâcher’’ où les acteurs étaient payés entre 50 et 100 000frs par mois. Où les primes de transport étaient dans l’ordre de 15 000 frs. Aujourd’hui, les choses ont bien évolué. Pour les différentes capsules de quelques minutes de figurations soumises aux ivoiriens sur la télévision ivoirienne, un acteur peut empocher entre 70 et 100 000frs juste pour quelques minutes de mimiques. Pour de véritables productions dans le format ‘’L’interprète ‘’ en ce moment au cinéma, nos acteurs oscillent le million. De quoi à aguicher les vocations. Vu le nombre sans cesse croissant de jeunes filles aux plastiques de rêve que révèlent chaque jour les productions cinématographiques ivoiriennes diffusées tant sur les chaines des télévisions nationales qu’au cinéma.

G.V

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,