La communauté haïtienne toujours sous le choc des insultes de Trump

La communauté haïtienne de New York était dans la rue hier. Plusieurs centaines de personnes ont marché de Brooklyn au sud de Manhattan où ils se sont arrêtés devant un immeuble appartenant à Donald Trump. Une semaine après les propos du président qui aurait comparé lors d’une réunion à huis-clos Haïti, le Salvador ou encore le continent africain à des « pays de merde », la polémique ne désenfle pas. Et la communauté réclame des excuses présidentielles.

Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

media
De nombreux manifestants ont défilé le 19 janvier à New York pour crier leur colère après l’outrance faite envers Haïti par Donald Trump.

«  Trump raciste ! Trump raciste ! » La colère, l’incompréhension. Une semaine après les propos polémiques de Donald Trump, la communauté haïtienne à New York est toujours sonnée : « J’ai pas dormi pendant deux jours. Mon pays s’appelle la perle des Antilles, nous étions le premier pays noir à prendre notre indépendance et nous avons permis à tout le monde d’obtenir sa liberté. » Et ils sont nombreux dans le cortège, comme Violette, à rappeler au président américain que le peuple haïtien a participé à l’indépendance américaine en 1779.

« Nous ne sommes pas un pays de merde. Les Haïtiens ont contribué à ce pays aussi. Nous ne sommes pas un ramassis de ratés. Nous ne sommes pas des bons à rien… », se désole cet homme.

Les 700 000 Haïtiens qui vivent aux Etats-Unis vont aussi se battre pour leurs 60 000 compatriotes qui avaient bénéficié d’un visa temporaire après le tremblement de terre de 2010 et qui sont désormais menacés d’expulsion dès juillet 2019.

Rfi.fr