Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Concert « Les Monstres Sacrés du Coupé-Décalé »

Ce qui s’est passé à Bobo et Ouaga

 

Initié par la structure « Bitel Communication » de l’homme fort de l’événementiel actuellement au Burkina Faso, Innocent Belemtougri, les concerts baptisés « Les Monstres Sacrés du Coupé-Décalé » ont tenu toutes leurs promesses. Ce, grâce au travail abattu par les organisateurs et aussi à la logistique ( son, lumière, podium…) déployée depuis Abidjan par la structure  « Wendy & Co » .

 

Arafat, Debordo et Serge Beynaud font lever le couvre-feu au Faso

Initialement prévu les 19 et 20 septembre dernier, ces deux concerts ont été décalés à des dates ultérieures eu-égard aux événements politico-militaires qui se sont déroulés au Burkina Faso. Et depuis lors, un couvre-feu a été imposé dans le pays. Mais cet événement a réussi à faire oublier aux Burkinabés, un temps soit peu, la psychose liée au couvre-feu. Grâce à Debordo, Serge Beynaud et Arafat, le couvre feu a été levé afin de permettre aux fans de ces artistes très adulés par la population de vivre un week-end sans stress. Un cadeau offert sans le vouloir par les autorités du pays qui ont certainement pensé à l’épanouissement et au bonheur de la jeunesse. A Ouagadougou, c’est au même scénario que l’on a assisté. Car les hommes en armes ne badinent pas avec le respect du couvre-feu: <<Un ami sorti acheter à manger, a violé l’heure du couvre-feu. Ce dernier malgré ses explications, a été sévèrement corrigé par les hommes en ténues. Donc, ici à Ouaga, on ne badine pas avec cette affaire de couvre-feu. Mais aujourd’hui, avec tout ce monde dehors, ce sera forcement une exception. Sinon ils vont tous nous frapper car pour rien au monde, nous ne rentrerons chez nous sans avoir vu les prestations de toutes ces stars, surtout notre Arafat-Yôrôbô…>> nous expliquait le jeune Jean Somé au stade municipal de Ouagadougou.

La fièvre de Bobo Dioulasso

Le public impatient lance des projectiles 

A Bobo Dioulasso, le concert tardait à démarrer. Plus le temps s’écoulait, plus le public, qui s’est déplacé massivement ce vendredi 06 novembre dernier, commençait à perdre patience. Une pluie de projectiles s’est déclenchée au stade juste après les premières parties pendant un court moment.  Ainsi donc à Bobo Dioulasso, c’est précisément à 00h05, après la première partie du spectacle animée par les artistes locaux Dj Iberiko, Riposte, Amsko Dj, Hooria, Feeling Gang… que le premier artiste à l’affiche de ce concert monte sur scène. Le stade de Bobo Dioulasso est en hystérie lorsque DJ Debordo fait son entrée sur scène avec ses danseurs, en faisant chanter l’hymne nationale du Faso aux spectateurs. Aussitôt, la longue attente est vite oubliée. Et pendant près d’une heure de prestation, Wizz Aggara fait vibrer la jeunesse Bobolaise avec quelques  titres à succès de son répertoire musical.

-Serge Beynaud offre en exclusivité au peuple burkibanabè la danse « Mawa Naya »

Après l’exécution du titre « Apéritif Yamakoudji  » redemandé par le public, Débordo cède la scène au Mannequin des Arrangeurs. Accompagné de Zota et Bébé Kéro, il monte sur scène sous l’œil vigilant de Gaëtan (le manager de l’artiste). La fatigue de l’attente est vite oubliée avec les prouesses artistiques de Serge Beynaud et de son équipe. En exclusivité, la danse « Mawa Naya » est présentée au peuple Burkinabé qui en redemande en clamant « Bisser-bisser… ». Au moment où les spectateurs pensent avoir été entièrement servi, c’est alors qu’Ave César fait son entrée. Il est 1h45 mn. « DJ Arafat est un artiste sérieusement doté d’un pouvoir particulier » clamaient des personnes de structures partenaires au concert avec lesquels nous avons échangé; car il a suffi qu’il lance ses premiers cris pour emballer tout le stade malgré l’heure tardive et la fatigue qui se lisait sur les visages. Des fanatiques en joie, hurlent et pleurent. Lorsque son DJ Tanguy Denon déclenche les premières notes, le show est relancé. Pendant presqu’une heure d’horloge, Ave César fait vibrer le « Stade du Général Aboubacar Sangoulé Lamizana de Bobo-Dioulasso ». C’est sur les notes de son titre en vogue actuel « C’est moi » repris en chœur par les 20 milliers de spectateurs présents qu’a pris  fin le concert de Bobo-Dioulasso.

Plus de 30 mille spectateurs au stade de Ouagadougou

Prévu pour 15heures, C’est après 18heures que les portes du stade municipal de Ouagadougou ont été ouvertes. Car il fallait d’abord déplacer toute la logistique de « Wendy & Co » venu d’Abidjan, du stade de Bobo à celui de Ouaga. Puis l’installer. Chose faite dans le temps eu-égard au professionnalisme des techniciens de cette structure. En moins de 4 heures, l’artillerie Wendy & Co était prête pour donner ce qu’attendaient les Ouagalais. Des réglages sont donc fait. Les organisateurs mettent de l’ordre vu la monde présent dans le stade. Quelques temps après, démarrent les premières parties avec les artistes locaux. Fleur, Fush, Babcy, Jayzy, Sidpayete, Chevalier Ams, Kabila Scofield… réchauffent le stade. A 23heures moins vu le couvre-feu, le publique inquiet réclame les « trois monstres du Coupé-Décalé ».

Floby comme un pompier…

Difficile de calmer et de maitriser la foule. C’est alors que le dernier artiste prévu monte sur scène. Lorsque Floby dont il s’agit se présente sur la scène, « vêtu » du drapeau burkinabè, c’est la totale au stade municipal de Ouagadougou. Il confirme donc sa grande notoriété dans ce pays. Il entonne sa première chanson et le public comme une chorale reprend en chœur avec lui. Et ce sera pareil tout au long de la prestation de l’artiste. Ayant dompté son public, Floby est redemandé sur scène après sa dernière prestation. Les organisateurs se plient aux exigences de la foule et l’artiste burkinabè très apprécié revient pour chauffer davantage le stade.

Debordo, Serge Beynaud et Arafat confirment leur suprématie.

Suite au passage de Floby très applaudi avant la prestation des artistes ivoiriens, l’on se demandait comment allait réagit le public. Il est 23h25 lorsque DJ Débordo accompagné de ses 4 danseurs montent sur scène. En un temps record, Wizz Aggara dompte les spectateurs  burkinabès qui étaient en colère. Il enchaine ses meilleurs tubes qu’ils reprennent  en chœur . Vu le couvre-feu, le temps de prestation des artistes est réduit. Ainsi donc, Serge Beynaud prend la relève après une prestation de 30 minutes de DJ Débordo. La foule est déchainé et emballée par les déhanchement de Zota et Bébé Kéro sur la musique du mannequin des arrangeurs. Il profite pour faire une démonstration de son nouveau concept et danse « Mawa Naya » qui sortira officiellement le 16 novembre. Tout le stade de Ouaga est séduit, hurle et en redemande encore et encore. Serge Beynaud et ses danseurs s’exécutent et l’areine est plus que chaude. Après 25 minutes de prestation très appréciée, vient le tour du Termistocle, DJ Arafat. Avec une bouteille de Jack Daniels en main, celui qui se fait appelé Ave César monte sur scène. C’est l’hystérie dans le stade. Et il lâche ceci: << Les enfants ont fini de sauter, les papas s’installe maintenant…>>. Bébé sans Os, Ordinateur et son nouveau danseur (qu’il qualifie de « Ninja » pour ses extraordinaires acrobaties) séduisent davantage Ouaga. C’est l’hystérie dans le stade. Après une trentaine de minutes de prestation, il offre en exclusivité aussi, une prestation de son nouveau concept le « Vladmir » dont la sortie est prévue pour demain 10 novembre. Comme à Bobo-Dioulasso, c’est le titre « C’est moi » très apprécié et attendu par le population Ouagalaise venue massivement qu’Ave César met fin au concert des « Monstres Sacrés du Coupé-Décalé » au Burkina Faso.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.