Corée du Nord: «toutes les options doivent rester sur la table», selon Tillerson

Washington a accentué vendredi sa pression sur la Corée du Nord et son allié chinois lors d’une réunion publique du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à la crise nucléaire nord coréenne. Si les deux grandes puissances s’accordent sur la nécessaire dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne, elles divergent sur la méthode. Quelques heures après cette réunion, la Corée du Nord a procédé à un nouveau tir de missile balistique, mais sans succès.

Avec notre correspondante à New YorkMarie Bourreau

media
Le secrétaire d’état américain Rex Tillerson au Conseil de sécurité de l’ONU le 28 avril 2017.

Pour son baptême du feu au conseil de sécurité de l’ONU, le très discret secrétaire d’état Américain Rex Tillerson a lancé un avertissement très clair.

« La menace d’une attaque nucléaire nord-coréenne sur Séoul ou Tokyo est réelle et c’est probablement une question de temps avant que la Corée du Nord développe la capacité de frapper le territoire des Etats-Unis. Et enfin comme nous l’avons déjà dit, toutes les options pour répondre à de futures provocations doivent rester sur la table ».

Mais si le discours est ferme, Rex Tillerson a indiqué ne pas fermer la porte à l’approche diplomatique avec de nouvelles sanctions. Et pour cela l’aide de la Chine, principal partenaire économique, est primordiale.

« La Chine n’est pas la source de problème sur la péninsule. La clé pour régler le problème n’est pas dans les mains de la Chine. En tant que proche voisin, la Chine a eu une attitude responsable et n’a eu de cesse de promouvoir une solution négociée ».

Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères chinois, reste donc sur la ligne classique d’une reprise du dialogue. Les deux hommes devaient toutefois se retrouver en privé pour tenter de trouver une approche commune de sortie de crise.


Les Etats-Unis ont confirmé vendredi soir le tir par la Corée du Nord d’un missile non identifié, tiré depuis un dispositif terrestre et qui ne présente « aucune particularité », selon un responsable américain de la défense cité par l’AFP. L’agence de presse sud-coréenne Yonhap affirme de son côté que le tir de missile nord-coréen a échoué.
RFI