La Corée du Sud et les Etats-Unis reportent leurs exercices militaires conjoints

La Corée du Nord a accepté ce vendredi matin l’offre sud-coréenne de pourparlers visant à préparer la venue d’une délégation sportive nord-coréenne aux JO d’hiver prévus début février dans la ville sud-coréenne de Pyeongchang. Un feu vert qui fait immédiatement suite à l’annoncer hier soir de la Corée du Sud et des Etats-Unis, qui ont déclaré que leurs exercices militaires conjoints, prévus eux aussi en février, seront reportés pour après les Jeux. Une annonce très significative. 

Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

media
C’est par téléphone que le président sud-coréen Moon Jae-in (photo) a obtenu l’accord de son homologue américain Donald Trump pour reporter la tenue de leurs exercices militaires conjoints. 

La Corée du Nord a réagi favorablement au report des exercices militaires sud-coréano-américains, en acceptant les pourparlers proposés par Séoul, discussions prévues mardi prochain 9 janvier.

Ces exercices organisés deux fois par an déclenchent à chaque fois la fureur de Pyongyang, qui les considère comme des préparatifs à une invasion. Le président sud-coréen Moon Jae-in et son homologue américain Donald Trump sont tombés d’accord hier pour les différer, à condition que « la Corée du Nord ne se livre aucune provocation additionnelle ».

Moon Jae-in, partisan de la reprise du dialogue avec le Nord, avait exprimé à plusieurs reprises son désir de reporter ces manœuvres pour les JO, et de se servir de cette trêve olympique pour améliorer les relations avec le régime. Son entourage a même laissé flotter l’idée d’un gel permanent – reprenant une proposition chinoise de « gel contre gel », Pyongyang cessant en contrepartie ses tirs de missile. 

Une idée farouchement opposée par les Etats-Unis. Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a d’ailleurs précisé  que ce report était strictement limité aux Jeux. La trêve n’est donc que temporaire, mais après des mois de tensions, Séoul va pouvoir organiser « ses » JO avec un peu plus de sérénité.

Rfi.fr