Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Côte d’Ivoire : « Il ne s’agit pas du 3e mandat du président Ouattara »

À deux mois de l’échéance présidentielle du 31 octobre 2020, la Côte d’Ivoire est-elle sur un volcan constitutionnel ? La question mérite d’être posée tant la candidature du président Alassane Ouattara anime les débats en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans la diaspora. Il faut dire que le scénario servi par le destin était des plus improbables.

Alors que le 5 mars dernier devant les deux chambres, il avait annoncé sa décision « de ne pas être candidat à la présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération », Alassane Ouattara a, le 6 août dernier, reconsidéré sa position, évoquant « l’appel de ses concitoyens » et surtout son « devoir citoyen » imposé par le « cas de force majeure » qu’a constitué la disparition subite d’Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre et candidat désigné du parti présidentiel, le RHDP.

Depuis, les commentaires vont bon train, certains dénonçant « une violation de la Constitution » ou « une candidature pas nécessaire », d’autres applaudissant des deux mains arguant de la nécessité de ne pas perdre le bénéfice des dix années de présidence Ouattara dans « la paix, la sécurité et la stabilité ».

Quoi qu’il en soit, le débat est loin d’être clos au regard des interprétations différentes quant à la rétroactivité des dispositions concernant les mandats présidentiels ivoiriens. Dans l’atmosphère de défiance au troisième mandat qui touche toute l’Afrique, Sidi Tiémoko Touré, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, a répondu aux questions du Point Afrique.

Sur la Constitution, l’indépendance des institutions, le Conseil constitutionnel et la Commission électorale indépendante et leur rôle dans la configuration actuelle, la justice, la question ethnico-régionale et la quête du vivre-ensemble à l’ivoirienne, la situation de Laurent Gbagbo, celle de Guillaume Soro, la Côte d’Ivoire face au terrorisme islamiste, la résilience économique face au Covid, la question de la monnaie et la solidarité sous-régionale…LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires